A tu fais des progrès aujourd’hui ?

 » Et toi, qu’a tu fais comme progrès aujourd’hui ?  »

Mais avant de vous poser la question, laissez-moi vous raconter une histoire…

C’est l’histoire de deux amis d’enfance, Bob et Robert. Bob et Robert venaient tous deux du même village, à la fin de sa scolarité obligataire, Bob avait un appris un bon métier, puis il s’en alla travailler à l’usine, comme son père et son grand-père l’avait fait avant lui, oh rien de déshonorent à cela, bien au contraire, et Robert lui, avait fait des études et devint médecin. Bob et Robert

Mais là ou la différence survint réellement, c’est que même après ses études, Robert continuait d’apprendre tout le temps, tant dit que Bob le soir venu s’asseyait devant son poste de télévision, regardait tous les soirs le journal télévisé, se plaignait des nouvelles, se plaignait que le monde allait de plus en plus mal, et remettait la faute sur le gouvernement, une fois c’était la faute de la droite, puis une autre fois c’était la faute de la gauche, bref c’était toujours la faute des autres, Robert lui, continuait d’apprendre de nouvelles choses, par rapport à son métier, mais aussi sur la politique, et sur plein d’autres choses.

Quand Bob rencontrait Robert, il ne comprenait pas pourquoi il voulait toujours en apprendre autant,

Bob lui disait tout le temps, « mais Robert, tu as un bon métier maintenant, pourquoi continuer toujours et encore à apprendre autant que ça, tu pourrais simplement profiter mieux de ta vie maintenant, tu as une meilleure situation que moi, tu gagnes bien ta vie, moi je suis toujours endetté, je ne peux plus rien y faire, c’est trop tard, je ne comprends pas pourquoi tu fais tous ça, ça n’a pas de sens quand on a déjà une bonne situation comme toi ».

Mais Robert ne répondit pas réellement, il se contenta de lui dire, « tu verras bien ».

Et puis le temps passa, Bob se retrouvait tous les soirs devant sa télé, critiquant la politique du gouvernement, et sa situation financière ne s’arrangeait guère, quant à Robert, il continuait d’apprendre, quand il avait un moment de libre le soir, puis un jour arriva où il fallait élire un nouveau maire pour le village, et qui croyez-vous que l’on élise ? Robert évidemment !

Mais robert continuait encore d’apprendre, et il progressait sans cesse, il trouvait le temps pour progresser difficilement, mais il le trouvait, pendant que Bob regardait toujours sa télévision, en pestifèrent contre les politiciens, et arriva un jour ou Robert s’en alla pour faire partit du gouvernement de son pays, et peut être même que dans un avenir proche, il pourrait devenir président, pourquoi pas ?

Et puis, Bob et Robert ne sont peut-être qu’une seule et même personne ? Car nous avons tous une partie de Bob et une partie de Robert, à nous de décider laquelle de ces deux nous allons privilégier.

Bon là, c’est une histoire imaginaire, mais qui a dû arriver maintes et maintes fois dans d’autres situations avec d’autres personnages. À tout âge nous pouvons encore apprendre, au moins le minimum possible pour améliorer sa situation, et cela dans tous les domaines, travail, culture générale, sport, musique, sciences, langues étrangères, relations humaines, ou autres… Mais toujours apprendre et à tout âge !

Et vous, estes plus tôt un Bob ou un Robert ?

Nous devrions nous poser la question plus souvent, qu’avons-nous fait pour progresser aujourd’hui ? petit à petit et pas après pas

La plupart des gens ne cherchent pas à progresser chaque jour, même pas le plus petit effort, ils rentrent le soir, chez eux, fatigués, s’asseyent devant leur télé, ou lisent leur journal, se plaignent de leurs journées, mais ne font même pas le plus petit effort pour faire évoluer leurs vies.

Pourtant un progrès aussi petit soi il est un progrès, et plus nous accumulons de petits progrès, plus nous approchons de nos buts.

Voyons des exemples concrets, dans le sport par exemple, la musculation : tout le monde sait qu’il ne suffit pas d’une seule séance pour devenir « Monsieur Muscle » il faut du temps, de la patience, de la régularité pour pouvoir commencer à voir le moindre petit résultat, et pourtant au début nous ne verrons pas de changement, il sera invisible à nos yeux, mais il sera là pourtant, et nous servira à nous approcher de notre but, un autre exemple : dans nos premières années, quand nous avons aligné nos premières lettres sur le papier pour former nos premiers mots, puis nos premières phrases, quand nous avons additionné nos premiers chiffres, un plus un égal deux, peut-être va il à nous amener bien plus tard à connaître la théorie de E = mc 2, et voire par la suite peut-être, trouver de nouvelles découvertes qui changeront le monde, pourquoi pas ?

Nous devons faire des progrès journaliers, aussi petits soient-ils, et ceci chaque jour de nos vies, même si nous ne les voyons pas et ne les comprenons pas toujours, et ceci à tout âge.

atteindre le succès

Ce contenu a été publié dans Agir, Introspection, matière à réflexion, Paraboles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire