obsessions

Une chose que j’ai remarquée, chez les gens qui ont « réussi » (je mets réussi entre guillemets, parce que l’idée la réussite que l’on se fait est quelque chose de personnel), c’est qu’en fait, ce sont tous des gros obsédés, ce que je veux dire par là, ce n’est pas que ce sont de gros pervers, non, mais si on regarde bien, les gens qui ont réussi dans n’importe quel domaine que ce soit, sont obsédés par la réussite de leurs projets, on pourrait aussi dire « acharnés », il ne compte pas les heures de travail, ils donnent tout ce qu’ils peuvent dans leur but, ils se donnent à fond, cela devient quasiment une obsession pour eux, celui qui veut créer quelque chose, monter une entreprise, ou un projet quelconque, doit avoir cette obsession, celui qui veut créer, mais ne le fais que quand ça lui plaît, juste de temps en temps comme ça, qui procrastine, celui-là n’a que peu de chance de réussir, les gens qui réussissent, intègre le projet dans leurs vies de tous les jours, ils ne font plus vraiment la différence entre leur vie privée et leur projet, ceci peut aussi créer des problèmes dans une vie de famille, dans leur vie sociale, il convient donc de faire très attention de réussir à conjuguer vie privée et projets, bien réussir de gérer son temps, mettre ses priorités en premier, mais savoir « décrocher » pour pouvoir garder une vie sociale et éviter divorce, isolement et autre.

Une autre chose importante, c’est comprendre la notion de ce j’appelle l’obsession, comprendre qu’il y a les bonnes et les mauvaises obsessions, les bonnes obsessions seront de créer un projet constructif, en faisant toujours attention de savoir gérer son temps, garder une vie sociale avec son entourage, les mauvaises obsessions sont les obsessions négatives, tel le dénigrement continuel de soi ou des autres, et évidemment les obsessions perverses.

Maintenant, regardons ce qu’est réellement une obsession, c’est pour simplifier, une idée, ou un projet que nous avons dans la tête et que, sans arrêt, nous nourrissons notre cerveau avec, en effet, un projet que nous voulons faire vivre, nous devons « nourrir » notre cerveau avec son image, sinon celui-ci sera condamné à mourir sous peu.

Une obsession bonne ou mauvaise fonctionnera toujours sur le même principe, se créer une image mentale tellement forte, que nous finirons forcément par lasser à l’action, dans le cas d’une bonne obsession, créer une entreprise, ou un bon exemple à prendre sera le bodybuilder, qui, chaque fois qu’il passera devant son miroir, se dira « tien, il faut que je travaille un peu plus ce muscle-ci, il est un peu trop petit par rapport à l’autre » il cherchera toujours le petit détail à améliorer sans cesse, il finira toujours par passer à l’action, c’est-à-dire aller à la salle de sport pour corriger ce petit détail.

Dans le cas d’une mauvaise obsession, c’est la même chose, celui qui est obsédé par une mauvaise image de soi, deviendra réellement invivable pour son entourage, ou dans le cas du pervers, obsédé sexuel, pédéraste ou autre, celui-ci se passera sans arrêt dans la tête des images pornos, qui finiront un jour ou l’autre par le faire passer à l’action, c’est-à-dire, à un viol, et la si cette personne et consciente de son obsession dangereuse, il est indispensable qu’elle consulte un spécialiste pour l’aider, ou que si l’entourage constate le problème, qu’il la pousse à accepter de se soigner, avant de commettre l’irréparable, mais dans bien des cas malheureusement, personne autour ne s’en rend compte.

Tout ceci pour dire que les obsessions peuvent être utiles, à condition de savoir gérer le temps qu’elles prennent dans nos vies, et surtout, faire la différence entre une bonne obsession et une mauvaise, qui peut ruiner nos vies, tel que l’obsession du regard des autres, ou le pervers, et malheureusement de mauvaises obsessions sont bien trop monnaie courante dans notre société, à nous de faire la part des choses.

 

obsessions.jpg.jpg

Ce contenu a été publié dans Agir. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire