Le Nombrilisme

Le Nombrilisme.

Le Nombrilisme est une maladie très courante de notre époque.

Mais qu’est-ce que c’est y donc ça, le Nombrilisme ???

Eh bien, le Nombrilisme, ce sont les gens qui commencent toujours leurs phrases par « moi je ». Exemple : « moi, j’ai souffert dans ma vie, oui mais, moi Monsieur, j’ai vécu des choses inimaginables, vous ne pouvez pas savoir, » ou, « mais moi, Monsieur, j’ai vécu bien pire que vous ! »

Bref, les gens égocentriques, tournés seulement vers eux-mêmes, moi, moi, moi, et encore moi…

On dirait que lorsque l’on parle de ça, c’est un peu la course à celui qui a vécu le pire… À croire que les gens se complaisent dans leur vécu douloureux.

OK, on n’a tous vécu des choses douloureuses, on n’est pas tous « né avec une cuillère en argent dans la bouche », OK, il y a des épreuves particulièrement dures dans la vie, un divorce par exemple c’est à la mode à l’heure actuelle, plus de la majorité des mariages finissent en divorce dans les pays occidentaux, donc si vous avez divorcé, vous n’avez pas le monopole des complaintes…

Autre exemple : la mort d’un proche, d’abord sachez que la mort fait partie de la vie ! Ensuite, oui, la mort d’un être chère est quelque chose de très très douloureux, c’est vrai, mais on n’a pas le choix, on doit l’accepter, d’accord, c’est difficile à surmonter, il faut se laisser du temps pour faire son deuil, il faut du temps pour que les blessures, aussi douloureuses soit elles, se « soignent », (ici je n’utiliserai pas le terme « cicatriser » car certaines blessures ne se cicatriseront jamais, mais il faut vivre avec).

Si l’on n’arrive pas à s’en sortir par soi-même, accepter l’aide d’un ami, ou, d’un spécialiste, mais il est absolument impératif d’en parler ! (Et pas à un voyant, sectes, ou autres qui profitent surtout de votre crédulité, mais trouver un vrai spécialiste qui puisse réellement vous aider).

En gros, c’est le principe de la résilience, c’est-à-dire, utiliser nos épreuves, pour les transformer en forces, (beaucoup mis en avant par Boris Cyrulnik),.

Alors quand j’entends, « la résilience, s’est facile d’en parler, mais c’est difficile à mettre en action » Oui, vous avez raison, la résilience ce n’est pas facile à mettre en action, c’est tout à fait vrai, mais pas impossible ! La vie à des très beaux côtés, mais aussi des côtés atroces, la vie a aussi de terribles injustices, c’est comme ça, il faut l’accepter, il faut vivre avec, on pas le choix.

(Mais quel est bien le pignouf qui a dit que la vie était toujours facile ?)

D’ailleurs, j’ai un scoop à vous dévoiler, (désolé si je peux faire de la peine à certaines personnes sensibles) : Le Père Noël, les Bisounours, les Télétubbies, et autres, CA N’EXISTE PAS ! Et pour les plus vieux, Gros Nounours, Nicolas et Pimprenelles, et bé, y’a longtemps qu’ils mangent les pissenlits par la racine !

clip_image002

(Désolé).

Bon, pour résumer, après une épreuve il y a deux choix possibles : sans compromis.

CHOIX UN : J’AI VÉCU UNE ÉPREUVE, ET JE PASSE MA VIE A ME PLAINDRE, ET DANS CE CAS JE PRATIQUE LE NOMBRILISME.

CHOIX DEUX : J’AI VÉCU UNE ÉPREUVE, JE FAIS MON DEUIL, CECI PRENDRA LE TEMPS QU’IL LE FAUT, JE ME FAIS AIDER PAR QUELQU’UN DE CONFIANCE S’IL LE FAUT, JE SAIS QUE JE NE GUÉRIRAI JAMAIS VRAIMENT DE TOUTES LES BLESSURES DE MA VIE, MAIS J’APPRENDS À VIVRE AVEC, ET A LES GÉRER LE MIEUX POSSIBLE, (PAR DIVERS THÉRAPIES, GROUPES DE PAROLE, SPÉCIALISTES, MÉDITATION, LECTURES, etc.).

J’UTILISE LE PRINCIPE DE LA RESILIENCE, J’AVANCE PARCE QUE JE N’AI PAS LE CHOIX, ET JE CONTINUE A VIVRE.

QUESTION A SE POSER : JE CHOISIS DE M’ENTERRER VIVANT, OU, JE CHOISIS DE VIVRE QUAND MÊME ?

Moi, j’ai choisi la vie !

Alors arrêtons de se regarder le nombril en pleurant à chaudes larmes, choisissons la vie !

clip_image004

Ps. : Si cet article vous à plus et vous a boosté, tant mieux ! Et si cet article vous a choqués, tant mieux aussi parce qu’au moins ça a dérangé, donc fait réagir, et je me dis de toute façon, quand je n’ai pas trop le moral (oui, ça m’arrive aussi comme à tout le monde), « je n’ai pas tout à fait plus aucunes raisons de vivre, puisqu’il me reste tellement de personnes à enquiquiner).clip_image006

Ce contenu a été publié dans Agir. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire