Le monde des apparences et être soi même

La difficulté d’être soi dans le monde des apparences. Dans le monde dans lequel nous vivons, il est souvent difficile d’exprimer sa vraie personnalité… La société nous demande d’être performant, d’avoir un statut social élevé pour être reconnu, une bonne position sociale, voir une belle voiture, une belle maison, en bref de montrer sa « réussite », mais est-ce vraiment une réussite dans le monde des apparences ? Posons-nous la question, dans le fond, qui est vraiment heureux ? Qui peut réellement dire qu’il fait vraiment ce qu’il a toujours rêvé, qu’il peut réellement exprimer sa vraie personnalité, pas tant de personnes que ça, certes il y a des gens qui auront fait ce qu’ils ont toujours rêvé, mais sont-ils en majorité ? Combien de personnes osent vraiment s’ouvrir, dire ce qu’elles ont vraiment au fond d’elles-mêmes ? Osent vraiment être elles ? Il est vrai que s’ouvrir, dans notre société, est considéré souvent, plutôt comme une « faiblesse » n’est-ce pas simplement parce que la plupart des gens qui vivent dans ce que j’appellerai « le monde des apparences » n’arrivent pas à s’ouvrir elles-mêmes, à être vraiment elles, alors il est plus facile de considérer le fait de s’exposer soi, en s’ouvrant un peu plus, comme une faiblesse, mais si on y réfléchit bien, s’ouvrir est plutôt une force et non une faiblesse, en effet, ne faut-il pas infiniment plus de courage pour se monter soi-même, que de choisir la solution la plus facile qui est de se montrer dans une image fausse que l’on veut donner de soi, par peur d’être critiqué, par peur d’être différent des autres, de sortir du moule, des autres gens qui vous critiqueront parce que la critique est facile, parce que la critique et la voie de la faiblesse d’esprits, et parce que la majorité des gens ont trop peur de sortir du moule de la société. S’ouvrir semble être une façon de sortir de son être, comme si l’on pouvait retirer sa propre peau, tel un écorché vif, et alors devenir un être vulnérable, oui il est très difficile de se montrer tel que l’on est, mais imaginons un instant une société ou tout le monde serait vraiment ouvert, imaginons que tout le monde pourrait se parler d’une manière franche, ce serait peut-être un monde merveilleux, quoique d’un autre côté, il serait plus difficile de dire à une personne que vous n’aimez pas, Monsieur, franchement vous avez une tête à claques, je vous déteste… Ou de voir un vendeur vous dire toute la vérité sur le produit qu’il veut vous vendre vous voyez Monsieur, notre aspirateur a une belle couleur, mais franchement au niveau de la qualité c’est de la m… Bon, là je vais être un peu loin dans l’imagination, mais bon, ça pourrait donner des situations assez cocasses, mais il reste que de s’ouvrir un peu tous sur le plan personnel, nous ferait le plus grand bien… Et puis, pour terminer sur une note quelque peu humoristique, imaginons un « monsieur » sortit tout droit du monde des apparences, un monsieur bien sous tous rapports, un « un gagnant », un exemple de réussite social,

Un monsieur avec un beau costume mais un monsieur austère, froid dans ses relations humaines,

Qui ne peut se permettre de trop sourire, un monsieur hautain, orgueilleux, arrogant, en bref un monsieur qui, dans le monde des apparences, ne peut se permettent de faire d’écarts, tout ceci parce que la société dans laquelle il vit, ne lui autorise pas d’être lui-même, imaginons alors ce monsieur, au lit avec madame, dans le plus simple appareil, croyez-vous réellement que madame va rester longtemps avec monsieur ? À mon avis NON ! Alors, si nous acceptions d’être nous ?

 

girl

Ce contenu a été publié dans matière à réflexion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire