Notre vision de la réussite

On a tous sa propre idée de la réussite.

La réussite reste une vision personnelle des choses, pour la beaucoup de gens, ce sera d’avoir le succès financier, avoir son entreprise, devenir un entrepreneur à succès, ou simplement avoir sa petite famille et vivre heureux avec celle-ci, pour d’autre ce sera peut-être d’aller garder des moutons sur un alpage, tout en ayant une vie simple, plus près d’une nature authentique, ou bien d’avoir sa petite maison au bord de la mer, ou alors de devenir une star de la musique ou du cinéma, ou autres, il y a tellement de rêves et d’idées du succès possible.

Mais quoi qu’il en soit, toutes les idées du succès que nous puissions avoir, sont toutes respectables, car toutes nous sont personnelles, « il y a autant de façons de voir les choses, autant de définitions du succès, qu’il y a d’êtres humains sur terre » même si nous ne comprenons pas, parfois, les idées des autres, c’est à nous de les accepter, pour autant que nos idées ne viennent pas déranger celles de nos voisins, « nos libertés s’arrêtent là où commence celle des autres ».

Mais en respectant la différence, en respectant les idées des autres personnes, en respectant leurs idées de la réussite, même si parfois celles-ci nous sont incomprises, alors nous pourrons tout mettre en œuvre pour s’approcher de notre vision personnelle de la réussite.

Une chose est vraiment sûr, il faut suivre ses propres rêves vers notre succès, et les mettre en actions pas après pas, petit à petit, pour leur faire prendre vie.

vie simple    réussite finacière

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Mon but (en résumé)

Mon but, en un, redonner la confiance aux gens pour qu’ils atteignent leurs propres buts, en deux, aider les gens à trouver leurs propres buts, leurs propres voies.

À qui cela s’adresse-t-il ? À tout le monde, du jeune qui se cherche un but dans sa vie, au plus ancien qui voudrait changer concrètement quelque chose dans sa vie.

Je pense qu’il y a au fond de chacun de nous des capacités qui ne demandent que d’être mis en avant, à nous de les reconnaître et de les mettre au grand jour.

 

                                                 Action !.jpg                              être gagnant

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Comment être dans la norme standard des gens

Comment être dans la norme (et y rester).

Comment être dans la moyenne des gens dits « normaux » standards, sans plus, comment être considéré comme quelqu’un qui est tout à fait « normal » tout ceci en étant considéré par d’autres personnes toutes aussi « standard », et bien voici ma méthode :

Premièrement : si vous voulez rester dans la moyenne, faites ce que font tous les gens qui ne sortiront jamais de leurs petites zones de confort, de leurs petites « bulles », ne cherchez jamais rien de nouveau, ne cherchez jamais de solutions, n’adoptez jamais un autre point de vue et surtout, surtout, N’ESSAYEZ PAS D’ADOPTER UN POINT DE VUE DIFFÉRENT QUE CELUI DE VOTRE ENTOURAGE.

(Vous risqueriez d’être considéré alors, comme quelqu’un de « spécial », de différent, qui se démarquerait des autres, voir, qui pourrait même réussir là où tous les autres ont échoué, alors vous risqueriez de faire face à la critique et à la jalousie).

Exercices à faire quotidiennement :

Regardez la télé au minimum trois heures par jour (privilégiez particulièrement les émissions débiles).

Plaigniez-vous régulièrement, le plus possible.

Critiquez beaucoup, critiquez le gouvernement, critiquez votre voisin (parce qu’il n’est pas dans la norme), parce qu’il s’habille bizarrement, parce qu’il a un accent différent, parce qu’il n’a pas les mêmes goûts que vous, critiquez le temps qu’il fait, trouvez ce que vous voulez, mais critiquez !

Reportez toujours la faute sur les autres, reporter la faute sur la politique, sur les événements qui se déroulent à tous moments à travers le monde, sur tel ou tel personne, même sur votre poisson rouge si vous le voulez, mais toujours, reportez la faute sur les autres.

Utilisez des phrases tel que : il n’y a plus d’avenir, avant c’était mieux, on ne sait pas où l’on va, mais on y va, c’est sûr, j’ai jamais eu de chance dans la vie, il n’y a plus de jeunesse, ils ont eu de la chance mais moi… La vie est dure, c’est bien triste… Tout va mal… Etc…

Ou alors…

Si vous voulez sortir de la moyenne, à vous de voir…

 

différent

Publié dans Agir, Et vous, qu'en pensez-vous ?, matière à réflexion, Non classé | Laisser un commentaire

Dossier R A F

Créez votre dossier « R A F ».

Lorsque l’on vous critique, parce que vous ne plaisez pas à tout le monde, parce que votre style déplaît, parce que vous êtes hors de la norme « standard », bref, parce que vous ne rentrez pas dans le moule dans lequel on voudrait que vous soyez, au lieu de « ruminer » toutes ces critiques et de vous créer vous-même des soucis supplémentaires qui ne feront que vous ralentir dans votre progression, alors, apprenez à vous créer un dossier R A F, que vous rangerez bien au chaud dans un coin de votre tête,

Ah oui, au fait, R A F : signifie rien à foutre.

Tiens, une critique, aller hop! dans le dossier R A F, une moquerie, hop! au dossier R A F, (que l’on pourrait aussi comparer au dossier “poubelle” sur un PC).

Au lieu de ruminer tous le temps ces petites choses négatives que nous freinent dans nos vies, créons-nous donc chacun notre propre dossier R A F (et en plus, c’est gratuit).

Dossier R A F    (et ne pas oublier de vider ce dossier R A F-poubelle de temps en temps, bien sûr)

Publié dans Introspection, matière à réflexion, Non classé | Laisser un commentaire

J’en ai marre ! (coup de gueule)

J’en ai marre (et ça m’énerve).

J’en ai marre d’entendre que du négatif, j’en ai marre de voir que des catastrophes dans les journaux, j’en ai marre des gens qui passent leur temps à critiquer, j’en ai marre des gens qui veulent tout détruire autour d’eux, j’en ai marre d’entendre les gens se plaindre sans arrêt, j’en ai marre de tous ces poseurs de bombes, j’en ai marre de tous ces attentats stupides, moi je voudrais voir des gens positifs, des gens qui auraient envie d’aider les autres, DES GENS QUI SERAIENT PRÊT A CONSTRUIRE UN MONDE MEILLEUR, des gens qui veulent se construire et aider les autres à se construire, et vous, qu’en penser vous ?

                                                                               greeee...

Publié dans Et vous, qu'en pensez-vous ? | Laisser un commentaire

Se tourner vers le positif

Le jour où j’ai compris le pouvoir de l’imagination.

Avant, j’étais comme tout le monde, je regardai trop les médias, les journaux, toutes les catastrophes et le négatif du monde, j’écoutais les ragots, les commérages, la médisance, et puis… Un jour j’ai compris que je nourrissais mon esprit avec du négatif qui n’avait aucun sens, qui ne m’apportait rien, mais voilà, je voulais faire comme tout le monde, et puis la critique est tellement plus facile que de construire.

Alors j’ai compris que comme la nourriture que l’on met dans son corps, (si vous mangez trop gras, il y a de grandes chances que vous deveniez gros), et que ce que vous mettez dans votre esprit est aussi une forme de nourriture, si vous nourrissez votre esprit avec du négatif, des ragots sans importances, il y a de grandes chances que vous deveniez négatif, et pire que ça, c’est que toute votre vie prendra une tournure négative. Alors que si je nourrissais mon esprit avec du positif, ma vie prendra une tournure plus positive.

Bien sûr, il y a du négatif, bien sûr nous ne vivons pas dans un monde de « bisounours » bien sûr qu’il y a des catastrophes dans le monde, (et malheureusement, il y en aura toujours), mais je pense qu’il y a bien plus de positif que de négatif, et c’est à nous de nous tourner vers ce qu’il y a de bon sur cette planète et en nous, c’est à nous de nourrir notre esprit de positif.

L’imagination (ou visualisation).

Je suis convaincu que pour se créer une vie réussie, il faut utiliser notre pouvoir d’imagination, nous visualiser le plus souvent possible dans ce que nous voulons devenir, et faire cet exercice de visualisation d’une manière la plus précise possible, et le plus souvent, régulièrement possible.

Par exemple, si nous prenons un Body Builder, qui désir avoir une musculature bien développée, croyez-vous que s’il se dit : j’aimerais avoir de gros muscles, mais je ne me vois pas vraiment musclé, non bien sûr, il essayera encore et encore de se visualiser dans un corps musclé, et finira à arriver à son but ainsi. Eh bien c’est pareil pour tout.

Nous devons utiliser notre imagination positive, pour arriver à nos buts, et non faire comme bien trop de gens, remplir son esprit de négatif pour finalement n’arriver que de ne se créer qu’une vie négative. réflexion positive

Un bon exemple de la puissance de rester positif en toutes circonstance : Alice Herz Alice Herz

Publié dans Agir, Introspection, matière à réflexion | Laisser un commentaire

Proactif

Proactif / proactive : prendre l’initiative de l’action.

Le terme proactif signifie prendre la responsabilité de sa vie, plutôt que de rechercher la responsabilité dans des circonstances extérieures.

Ne plus remettre toutes les responsabilités de ses problèmes sur les autres, sur des événements extérieurs, ne plus remettre tous les problèmes du monde sur telle ou telle personne, politique ou autres.

« À cause des autres, je n’ai pas eu de chance dans ma vie »

Ne plus remettre la responsabilité de sa vie sur des croyances mystérieuses (astrologie, voyance, etc.)

« Si je n’ai jamais eu de chance, c’est parce que je suis né sous une mauvaise étoile ».

Mais plutôt, trouver des solutions à ses problèmes, « comment je pourrais résoudre ses problèmes, par moi-même ou en me faisant aider ».

Ou, « comment je pourrai tirer partit de mes échecs et les transformer en opportunité ».

J’espère que cette petite définition de type « dico » pourra ouvrir une réflexion sur la responsabilité de tout un chacun, de prendre sa vie en main.

Proactif, je trouve que ce mot devrait rentrer dans le langage courant de tout le monde, et quel mot !

Proactif.

PROACTIF, définition

Publié dans Agir, Et vous, qu'en pensez-vous ?, Introspection, matière à réflexion | Laisser un commentaire

L’âne le plus bête du monde

La parabole de l’âne le plus bête au monde (tiré de la légende de l’âne de Buridan).

Un fermier avait une fois, un âne, mais un jour, cet âne se conduisit bizarrement…

En effet, le fermier lui avait donné un seau d’eau pour boire et un seau d’avoine pour manger, mais curieusement l’âne ne mangea pas ni ne but. Alors le fermier étonné par le curieux comportement de son âne, se dit : peut-être que l’eau et l’avoine que je lui ai donné ne sont pas de bonne qualité, alors il alla chercher à la source la plus pure de la région de quoi remplir son seau, et fit de même en trouvant le meilleur avoine qu’il puisse trouver, puis le donna à son âne, mais, oh ! Surprise, l’âne ne changea pas d’avis, il ne but ni ne mangea !

Bah ! Se dit-il, je vais attendre un peu, de toute façon, il sera bien obligé de boire et manger quand le besoin s’en fera ressentir !

Alors, notre fermier attendit un jour, puis deux, et encore plus de jours s’écoulèrent, et enfin, un matin, le fermier trouva l’âne mort de faim et de soif, entre un seau d’eau encore plein et un seau d’avoine entièrement rempli.

Que c’est-il donc passé ? Eh bien, notre âne se disait tout le temps : dois-je boire en premier et manger ensuite, ou est-il plus judicieux que je mange d’abord et que je boive ensuite ?

Là, notre âne n’a jamais réussi à se décider, et donc finit par en mourir, (mais quel âne cet âne) !

Moralité, il est bon de se poser des questions, de bien réfléchir avant une action, mais à un moment donné, il faut agir, sinon toute notre réflexion ne servira à rien. Trop de gens passent leurs vies entières à réfléchir sans jamais agir !

clip_image002

Publié dans Paraboles | Laisser un commentaire

Le plus court chemin pour aller d’un point A à un point B

“Découvrez le secret pour aller d’un point A à un point B.”

clip_image002

Beaucoup de trop de gens vous vendent leurs « secrets » pour aller d’un point A à un point B par le plus court chemin.

Eh bien, désolé, il n’y a aucun secret, il n’y a aucun chemin le plus court et le plus facile pour créer quelque chose dans votre vie !

Non, tous ceux qui vous vendent des miracles de facilité vous mentent, et encore une fois, désolé !

En fait, le plus court chemin pour créer quelque chose dans votre vie, eh bien, ça ressemble plutôt à ça :

clip_image004

Il n’y a aucuns chemins de réussite facile, la route sera parsemée de détour, d’échecs, de hauts et de bas, de découragement, mais l’important c’est la persévérance !

Et non, la vie n’est pas un long fleuve tranquille ! Et bien souvent trop de gens abandonnent trop vite.

Réussir et tel un puzzle, où nous devons mettre une pièce après l’autre, pas forcément dans un ordre logique, mais, au final, patiemment et avec persévérance, nous aurons réussi note puzzle.clip_image006 eh oui, un vrai labyrinthe tout ça !clip_image008

Vraiment désolé, mais réussir sa vie n’est pas une belle route toute droite, clip_image010 mais si vous l’acceptez, alors ce sera ce qui vous différenciera des autres, persévérance, patience, ne pas avoir peur de l’échec et de la critique, ne pas se décourager, et éviter les pièges qui vous vendent des solutions trop faciles.

Publié dans Agir, matière à réflexion | Laisser un commentaire

Honneur à soi !

Savoir s’honorer soi-même.

Il est important de savoir s’honorer soi-même, non pas avec de grandes médailles glorieuses, mais avec de petites actions que nous faisons jour après jour, et qui nous apportent à nous et à notre entourage, de la gratification. Accepter de se honorer soi-même, c’est faire des actions qui nous sont difficiles, arriver à se dépasser soi-même, des petites victoires sur soi, chaque jour, chaque que fois que nous faisons quelque chose qui nous fait grandir, chaque action positive, aussi infime soit elle, nous permet de nous honorer.

Alors, chaque fois que nous avons à nous dépasser, chaque fois que nous nous surpassons, chaque petite action positive nous honore, Alors nous pourrions dire : aujourd’hui, j’ai fait quelque chose de bien, j’ai réussi à me dépasser, je me suis honoré ».

Apprenons à reconnaitre notre vraie valeur, apprenons à progresser, ne nous sous-estimons pas, créons chaque jour de nouvelles petites actions qui nous font grandir, Apprenons à nous honorer nous-même !

 

                                                                                                                                      S'honorer soi-même

Publié dans Agir | Laisser un commentaire

Créativité,propre à l’humain

On dit, le rire est le propre de l’être humain, oui, c’est probablement vrai, mais il y a quelque chose qui doit aussi appartenir au « propre de l’être humain » : La créativité.

En effet, la créativité, l’envie de créer quelque chose de nouveau, d’inventer, doit être aussi le propre de l’être humain, (on pourrait aussi inclure l’envie de progresser, de s’améliorer sans cesse).

En effet, quelle autre espèce a besoin de toujours créer sans cesse pour pouvoir vivre ?

Retirer à un humain le fait de pouvoir créer, de pouvoir inventer, de pouvoir s’épanouir grâce à ses propres créations, et là, vous obtiendrez un être sans aucun but de vie, donc déprimé, à la « dérive » dans sa vie, perdu, sans véritable avenir, qui va devenir quelqu’un qui sera là juste pour servir les intérêts des autres, mais sans l’avoir choisi, car il ne pourra s’épanouir sans une créativité qui lui est propre, qui le mettra en valeur, qui lui donnera une raison de vivre. Sans doute que les gens « à la dérive » dans leurs vies, les gens qui se droguent, boivent trop, vivent leurs vies par procuration devant leurs télévisions, sont déprimés, le sont aussi par manque de créativité. D’ailleurs, beaucoup de thérapies, sont basées sur la créativité, peinture, dessin, photo, etc. des thérapies qui peuvent redonner le goût de vivre à certaines personnes momentanément en souffrance dans leurs vies, la créativité est donc un besoin vital et fondamental de l’être humain. Oui, je pense que l’on oublie trop souvent la créativité dans l’épanouissement de l’être humain, donner aux gens le moyen de créer par eux-mêmes, je pense que l’on pourrait aider beaucoup de gens perdus dans des problèmes psychiques, si on arrivait à leur redonner le goût de créer.

Regardez les pays avec des dirigeants totalitaires, ils ont trouvé le meilleur moyen pour dominer leurs peuples, empêcher le peuple de se créer par lui-même, leur dicter ce qu’ils ont à faire, ceci bien sûr dans l’intérêt du gouvernement lui-même avant l’intérêt du peuple. Si nous voulons qu’un peuple croisse, s’épanouissent, laissez alors les gens de ce peuple le moyen de créer par eux-mêmes.

L’humanité n’a-t-elle, pas évolué grâce aux inventions (avec les découvertes) n’a-t-elle pas avancé grâce à la créativité de certaines personnes ? Il faut créer, peu importe quoi, mais créer, avec des idées, avec des inventions, avec vos mains, mais créer toujours et toujours de nouvelles choses, c’est le propre de l’humanité toute entière !

La créativité est un besoin fondamental de l’être humain, tout comme boire et manger.

Alors, créons, et apprenons à nos enfants, à créer, ceci pour créer l’avenir !

créativité

Publié dans Agir, matière à réflexion | Laisser un commentaire

Ce que nous cachons aux enfants

Ce que nous oublions peut-être de dire à nos enfants, que la vie n’est pas toujours rose, qu’il leur faudra lutter tout au long de leur vie, qu’il leur faut apprendre à surmonter les obstacles de la vie…

Nous faisons croire à nos enfants que la vie est toute rose, que le monde est peuplé de gentils petits lapins, de gentils papillons, de petites fleurs et autre, mais dans le fond, avons-nous raison ?

De toujours leur faire croire de telles stupidités va-t-il les aider à être fort dans leurs vies ? Cela va il leurs donner le courage nécessaire pour se battre face à l’adversité ? Car non, la vie n’est pas un long fleuve tranquille ! La vie est aussi faite de moments cruels, difficile à surmonter, extrêmement dures, ne vaudrait-il pas mieux dans leurs intérêts, qu’ils apprennent que la vie a des moments magnifiques, mais aussi des moments difficiles, et surtout, leur apprendre qu’il leur faudra se battre, que jamais rien n’est acquis, qu’il faut aussi être forts pour vivre dans ce monde parfois si cruel, je pense qui si nous éduquions nos enfants dans ce sens, alors il serait pour eux peut-être plus facile pour affronter les moments difficiles de la vie, leur apprendre dès le début à surmonter les obstacles, à se surpasser, à se relever après un échec, à vaincre l’adversité coûte que coûte.

Leur apprendre « que dans ce monde, des chiens et des loups, il y en a partout, mais c’est notre monde à nous » et c’est à nous de leur apprendre à lutter pour y faire face !

Bon, je ne veux pas non plus peindre un tableau trop, négatif, la vie a aussi des côtés extraordinaires, peut-être même si on regarde bien, ils sont majoritaires, et puis les enfants ont bien le droit de rêver, de vivre leurs vies d’enfants heureux, ils ont droit aussi de croire aux contes de fées, c’est vrai, mais la question que je pose est : leur faire tout le temps croire que le monde est « tout rose » peut-être ne va pas non plus les aider à être fort dans leurs vies futures, il est important aussi de leur apprendre qu’il faudra lutter, et ceci tout au long de leurs vies, ainsi deviendront-ils mieux préparés pour faire face aux moments douloureux de leurs vies futures, même si la vie reste quand même une belle aventure, et vous, qu’en pensez-vous ?

enfant, peluche     gentil lapins

Publié dans Et vous, qu'en pensez-vous ?, matière à réflexion | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Croyances limitantes et timidité

Les barrières que l’on se construit dans nos têtes et la timidité.

Avec le temps, je me suis aperçu d’une chose : ce qui nous bloque pour évoluer, pour avancer dans nos vies, c’est quelque chose de tout simple, que nous n’avons pas à chercher bien loin.

Nous recherchons bien souvent des solutions compliquées, pourquoi je n’avance pas dans ma vie ? Pourquoi je suis si timide ? Pourquoi je n’ai pas assez confiance en moi ?

Si on réfléchit, c’est tout simple, c’est nous-même qui nous créons des barrières dans nos têtes, nous nous autorisons nous-même à être « médiocres » (aucuns d’entre nous n’est né avec une étiquette : cet enfant sera un nul toute sa vie) nous nous créons nous-même des croyances limitantes, nous nous imaginons nous-même que nous ne sommes pas à la hauteur, que nous sommes moindres que les autres, nous nous inventons des alibis du style « c’est par ce que je n’ai jamais eu de chance » ou alors, « c’est la faute des autres », il est vrai après tout, que de se trouver des alibis est nettement plus facile et moins fatigant que de chercher des solutions.

Et là, si en plus d’autres gens autour de nous, nous confortent dans ce sentiment de ne pas être pas à la hauteur, nous critiquent, nous rabaissent encore d’avantage, alors là, c’est la totale ! Nous y croyons dur comme fer, si nous manquons de confiance en nous déjà et qu’en plus d’autres personnes nous diminuent, là, nous nous disons : c’est sûr, c’est bien ce que je pensais, je suis mauvais puisqu’en plus on me l’a confirmé, et ceci renforce encore plus notre sentiment d’être vraiment médiocre.

Et si en plus un petit événement désagréable, qui est dû à une erreur de notre propre part, nous arrive une fois ou l’autre, (comme il en arrive à tout le monde, même à ceux qui se croient supérieurs aux autres, qui se croient toujours « bons »), eh bien ce petit événement qui peut arriver à tous et à toutes, viendra renforcer notre imaginaire en nous disant : c’est bien la preuve que tu es un nul ».

Et la timidité ?

Eh bien c’est tout simplement ça ! Nous nous sommes nous-même inventés dans nos têtes que nous sommes moindres que les autres, (nous avons tous et toutes une part de timidité, plus ou moins importante suivant qui nous sommes, mais il faut reconnaître que nous avons tous et toutes cette part de timidité en nous, même les plus extravertis d’entre nous), nous imaginons que nous ne sommes pas à la hauteur, que nous n’intéresserons jamais personne, que nous n’arriverons jamais à rien, bref, que nous sommes « des ratés, ou pas aussi bons que les autres ».

Il est important de prendre conscience de ce fait, de ne pas se chercher des raisons « hypercompliquées » de ne pas nous trouver des excuses du style « pas de chance ». Certes, il est bien de faire travailler son imaginaire, mais pas d’une manière qui nous nuise à nous-même, et surtout de reconnaître le problème et d’agir pour nous améliorer !

timidité

Publié dans Agir, Introspection, matière à réflexion | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Seul pour réussir ?

 

Personne ne peut rien pour vous (ou presque rien).

Personne ne peut réellement vous permettre d’avancer dans votre vie à votre place, à part une seule et unique personne : vous !

Bon, derrière cette affirmation (quelque peu déprimante au premier abord), il y a une logique, qu’il faut bien comprendre, (peut-être que je me « tire une balle dans le pied » en disant ça, car il y a toujours des gens qui sont là pour nous, je le sais, il suffit de bien vouloir les voir, mais au final nous sommes seuls à prendre la décision d’agir).

Cette logique est : il ne sert absolument à rien de suivre quelques guides ou gourous quels qu’ils soient, et qui vous diront « suit moi, et je sauverai ta vie ». Si vous voulez changer quelque chose dans votre vie, devenir une meilleure version de vous-même, il faut être conscient que personne ne pourra le faire à votre place ! clip_image002(snif… je me sens seul,seul, si seul, snif,snif…)

Trop de gens attendent tout d’un guide, mais au final ne feront jamais rien par eux même, remettant la responsabilité de leurs vies sur quelqu’un d’autre. Il faut se rendre compte que la personne qui peut réellement changer notre propre vie, c’est uniquement nous.

Bien sûr que de suivre des enseignements divers, de suivre de bons conseillers est indispensable, car cela nous amène une réflexion, une nouvelle compréhension des choses, qu’il est indispensable de lire de bon livre, de recevoir de bons enseignements, mais en ayant conscience que cela doit nous amener une réflexion qui nous est personnelle, est que la personne, qui au final, qui aura seul la décision de changer notre vie, c’est nous-même !

Beaucoup de gens peuvent peut-être vous aider à trouver votre voie, vous offrir une nouvelle perspective de vie, mais ceci uniquement si vous, vous êtes d’accord de changer, mais c’est à vous seul de le faire.

Maintenant, vous allez peut-être vous dire « c’est décidé, je passe à l’action, je le fais » (sport, perte de poids, meilleures relations avec son entourage, nouvel apprentissage, construire son entreprise, etc.) et pourtant… Vous le ferez au début, parce que vous serez « tout feu tout flamme » et puis, avec le temps, la plupart des gens vont abandonner, pourquoi ? Parce que le but semblera trop lointain, trop difficile à atteindre.

La solution ? Faire les choses petit à petit, pas à pas, chaque jour faire un peu plus, même si cela semble insignifiant, même s’il nous semble que nous n’avançons pas, ou s’il nous semble que les choses vont trop lentement, l’important c’est de faire chaque jour un petit pas de plus vers son but, même si c’est un tout petit pas, mais faire ce petit pas, cette petite action, d’une manière régulière.

Et c’est là toute la différence entre ceux qui réussissent quelque chose dans leurs vies et ceux qui abandonnent, faire toujours cette petite action quotidienne qui nous rapprochera de notre but, aussi insignifiante nous semble-t-elle, mais la faire régulièrement !

clip_image004

Publié dans Agir | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Notre perception des choses

La « carte n’est pas le territoire », voyons-nous les choses comme elles le sont réellement ?

Voyons-nous les choses comme elles le sont réellement ? Une des idées dans la P N L est que « la carte n’est pas le territoire », c’est-à-dire, que la représentation que nous faisons des choses (carte), n’est que notre réalité, notre perception des choses, l’interprétation que nous nous faisons des événements. La réalité (territoire), est tel qu’elle est, ni plus ni moins, ce qui va faire la différence, c’est la façon dont nous allons voir les choses, comment nous allons les juger, de quelles façons ces événements vont-ils nous amener à avoir un avis sur les choses, sur les gens qui nous entoure ?

Là, est un point essentiel à bien comprendre, nous avons tous notre propre perception des choses, « il y a autant de façons différentes de penser dans le monde, qu’il y a d’individu sur notre planète.

Pourquoi il y a autant de différentes interprétations des choses ? Eh bien, cela peut venir du milieu social dont nous provenons, des expériences que nous avons vécues, de notre histoire personnelle, des gens que nous avons côtoyés, des gens que nous côtoyons aujourd’hui, des événements marquants de notre vie, de notre culture, ou simplement de notre caractère.

Nous voyons les choses à travers une sorte de « filtre » qui nous est personnel, chaque événement est filtré par notre propre interprétation. Nous « voyons » les choses comme si chacun de nous possédait des lunettes qui filtreraient les couleurs avec une teinte différente, (j’emploie le verbe « voir » au figuré).

notre perception des choses

On pourrait aussi pour expliquer ceci, (par analogie) : le principe d’une radio, il y aurait d’un côté un poste émetteur, et de l’autre côté, un poste récepteur, le problème serait alors, qu’il y aurait des interférences entre ces deux postes, dès lors, le message envoyé par le premier poste ne serait pas tout à fait le même que le poste qui recevrait le message, ceci dût aux « interférences », c’est-à-dire dans un dialogue entre deux individus, une différence entre notre façon de penser, de s’exprimer aussi, (poste émetteur) et la façon dont celle-ci sera perçue par celui à qui elle est adressée, (poste récepteur).

radio

Les médias nous donnent leur perception des choses, nos enseignants nous ont donné leur point de vue, les gens qui nous entourent nous donnent leur propre interprétation des choses, mais nous avons tous le droit de tout remettre en question, réfléchissons par nous-même, analysons les choses plutôt que d’avoir une idée préconçue !

Je veux en venir au fait qu’il faut prendre conscience que nous avons tous notre propre perception des choses, que ce que nous disons ne sera peut-être pas perçu comme nous voulions l’exprimer, qu’untel ou untel ne le comprendra pas forcément de la même manière, et c’est là une des plus grandes difficultés du dialogue entre humains, la base de toutes relations humaines, réussir à bien se comprendre ! Il est important de prendre le temps de réfléchir et de remettre les choses en question, avant de se faire une idée préconçue et souvent fausse.

Publié dans matière à réflexion | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Comment être dans la case des gagnants.

Ce qui va vous différencier !

La différence entre celui qui a choisi de réussir et l’individu standard.

On remarque une chose essentielle entre ceux qui réussissent et les autres gens, c’est que les premiers ont une manière de penser différente, voici des exemples :

1. Les gagnants prennent leurs responsabilités – Les autres remettent la responsabilité sur d’autres.

2. Les gagnants agissent dès qu’ils le peuvent – Les autres procrastinent.

3. Les gagnants vont jusqu’au bout – Les autres abandonnent vite.

4. Les gagnants ont le courage de tourner la page quand il le faut – Les autres se remémorent en boucle leur passé et leurs problèmes.

5. Les gagnants veulent apprendre – Les autres regardent trop la télé, se contente de discussions sans importances.

6. Les gagnants trouvent une solution à chaque problème – Les autres trouvent des problèmes à chaque solution.

7. Les gagnants cherchent toujours des solutions – Les autres remettent les problèmes sur les événements, la politique, le « pas de chance ».

8. Les gagnants voient le positif des choses – Les autres voient plus le négatif, se plaignent sans arrêt.

9. Les gagnants apprennent de leurs échecs – Les perdants se sentent anéantis après un échec.

10. Les gagnants savent que réussir n’est pas réservé à une élite – Les autres se disent « je ne suis pas né pour réussir ».

11. Les gagnants fréquentent les bonnes personnes – les autres préfèrent rester en compagnie de gens qui critiquent et se plaignent.

12. Les gagnants acceptent que la vie à des côtés difficiles – Les autres se plaignent que la vie est dure.

13. Les gagnants pensent à l’avenir – Les autres repensent trop au passé.

14. Les gagnants acceptent d’apprendre d’autres personnes – Les autres prétendent tous savoir.

15. Les gagnants aident aussi d’autres personnes – Les autres ne pensent qu’à eux.

16. Les gagnants passent par-dessus une fatigue, mais savent s’arrêter quand celle-ci est trop grande – Les autres sont toujours fatigués.

17. Les gagnants ne croient pas tout le temps au hasard – Les autres pensent que leur vie ne dépend que du hasard.

18. Les gagnants croient au travail plutôt qu’au talent – Les autres sont persuadés qu’il faut juste avoir du talent pour réussir.

19. Les gagnants savent saisir la chance quand elle se présente – Les autres ne font même pas l’effort de saisir la chance quand elle passe à côté d’eux.

20. Les gagnants n’écoutent pas les critiques à leurs égards – Les autres ont construit leurs vies d’après les gens qui les critiquent, ou, ont trop peur d’être critiquer.

21. Les gagnants savent que rien n’est facile – Les autres disent « c’est trop dur ».

22. Les gagnants n’acceptent pas d’avoir une vie médiocre – Les autres pensent qu’une vie médiocre est normale et a été prévue pour eux bien avant d’être né, par une destinée invisible.

 

Et bien d’autres différences encore…

 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à « liker », commenter et partager.

 

gagnant-perdant

Publié dans Agir | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

S’ouvrir, se mettre à nu et introspection

Savoir s’ouvrir, se mettre à nu, avoir une réelle introspection, pour un meilleur rapport à soi et avec les autres.

L’une des difficultés les plus profondes de l’être humain est sans doute, de s’ouvrir aux autres, se montrer tel que l’on est, oublier la peur d’être ridiculisé, pourtant à bien regarder, au fond de nous, nous sommes tous assez semblables, nous avons certes nos différences, mais nous avons tous et toutes une certaine sensibilité, seulement certains vont le montrer plus spontanément et d’autres le cacheront par peur de « casser » leur réputation, parfois même, il faudra qu’il arrive un événement chargé avec beaucoup d’émotion, pour que ceux-ci « craquent ».

Nous avons tous notre propre sensibilité, nous sommes aussi tous des gens sociaux, parfois solitaires, certains auront besoin, pour « recharger leur batterie » de beaucoup plus de moments de calme et de solitude et d’autres auront plus besoin d’être entourés pour avoir un sentiment de bien-être.

Nous avons tous aussi une part de timidité, simplement que celle-ci est plus importante chez certains, mais nous avons tous une part de nous qui est timide, par exemple, l’artiste qui fait son show devant des centaines de personnes, qui semblera à l’aise sur scène, le sera peut-être en spectacle mais par forcément dans d’autres situations, avec un petit groupe de personnes qu’il ne connaît pas, par exemple, ou, il vous dira que, avant de monter sur scène, il a le « trac », le trac étant aussi une forme de timidité, et puis il y a ceux qui sont des beaux parleurs quand ils sont entourés de gens qu’ils connaissent, mais deviennent plus timides dès qu’ils sont hors de leurs zones de confort, quand ils se retrouvent avec des gens inconnus pour eux. Admettre que l’on a tous et toutes une part de timidité, est une forme d’ouverture et de courage !

Il est bon parfois, de s’ouvrir un peu plus, de se mettre à nu, d’avoir une réelle introspection, une véritable et profonde recherche sur soi-même qui peut avoir un impact sur sa vie et sur ses relations avec les autres, et en s’ouvrant soi, les autres auront tendance à s’ouvrir aussi, et à créer une relation de confiance.

Et puis, une introspection peut nous aider à trouver les blocages qui nous empêchent d’avancer dans nos vies, blocages profonds souvent reliés à des événements douloureux de notre passé, les identifier, s’ouvrir et réussir à en parler avec son entourage, peut nous aider à les dépasser.

S’ouvrir reste un des actes les plus difficiles à entreprendre, combien de courage faut-il pour réussir à se montrer à nu ? Cela nécessite sans doute une des plus grandes forces d’esprits que l’être humain ait à fournir, mais quelle satisfaction !

 

introspection

Publié dans Introspection | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Le secret de la réussite

Le secret de la réussite, la parabole du pêcheur et du vieux sage.

Notre histoire se passe dans un petit village de pêcheur, au bord de la mer. Robert, petit pêcheur de son état, se demanda un jour : pourquoi moi je ne suis qu’un humble pêcheur, alors que d’autres on réussit, par exemple Marcel, qui avait juste une barque au début, et a maintenant cinq bateaux de pêche, ou Jules, qui a réussi dans le commerce international, ou encore Joseph, qui maintenant à plusieurs immeubles et a même ouvert une banque, et moi je reste là avec mon filet et ma petite barque, à devoir sortir tous les jours pêcher pour nourrir ma famille.

Alors, Robert a une idée : et si je demandais au vieux du village le secret de la réussite, ils doivent sûrement savoir. Donc Robert va voir les vieux du village, qui sirotent leurs pastis à la terrasse du café. Dites-moi, dit Robert, vous qui connaissez beaucoup de choses, sauriez-vous me dire quel est le secret de la réussite ? Alors les vieux du village se regardent un peu étonnés, et ils disent : eh bin tiens donc, en voilà une question ! Nous, on ne sait pas vraiment, mais tu vois cette petite île au loin, là-bas ? Il y a un vieux sage qui en sait beaucoup plus que nous, il répondra sûrement à ta question.

Et donc, notre ami Robert, prend sa petite barque, rame et rame encore pendant des heures, et finalement arrive sur l’île. Là il voit une grande plage, avec au loin une toute petite cabane en bois, c’est la cabane du vieux sage, il se dirige donc vers celle-ci…

Il voit le sage, assis en méditation devant lui, et il dit : hum… Hum… Excusez-moi, grand sage, mais je viens du village là-bas, sur la côte, je suis venu avec ma petite barque sur les conseils des vieux de mon village, voilà ma question : connaissez-vous le secret de la réussite ?

Et là, le sage dit : viens me voir demain à huit heures sur la plage, et n’oublie pas ton costume de bain ! Un peu interloqué, Robert dit : heu… Oui grand sage, tout en se demandant bien pourquoi il doit prendre un costume de bain, il se dit : peut-être le sage va m’apprendre à attraper un poisson porte-bonheur ? Ou alors va me montrer un endroit au fond de la mer, où le sol et plein de pierres précieuses ?

Donc, nous voilà le lendemain, et Robert et revenu pour la deuxième fois, là, il trouve le sage à dix mètres de la plage, dans la mer, debout, avec de l’eau jusqu’à la taille, et le sage lui dit : viens jusqu’à moi !. Alors Robert enfile son maillot de bain bleu à pois jaune, et s’approche du sage, et là, le sage subitement lui appuie sur la tête, lui plonge celle-ci dans l’eau et le maintien vingt secondes de cette façon, (bon, oui il faut dire, que malgré son grand âge, le sage et un sacré costaud, et en plus il fait du body-building pour s’occuper entre deux séances de méditation), Robert remue autant qu’il le peut, gesticule à n’en plus finir avec une énergie débordante. Au bout des vingt secondes, le sage est obligé de retirer ses mains car même lui n’a plus assez de force pour retenir notre ami, et Robert sort enfin la tête de l’eau. Arrrggg,…bre… arrg…, Robert crache de l’eau, et après une minute reprend son souffle et ses esprits, il dit : mais grand sage, vous êtes fous ? J’aurais pu mourir noyé !!!

Là le grand sage dit : tu m’as demandé quel est le secret de la réussite, eh bien le voici : si tu mets autant d’énergie et d’efforts pour réussir dans ta vie que tu viens d’en mettre pour sortir la tête de l’eau, alors là, tu connaîtras la réussite !

Moralité : Si tu mets autant d’énergie pour construire ta vie que tu en mets dans un moment d’urgence, alors tu es sur la voie de la réussite !

La réussite, c’est : cinq pourcents de chance, zéro pourcent de talent, vingt-cinq pourcents de réflexion intelligente, et soixante-dix pourcents de travail, d’efforts et d’énergie !

Le chanteur Jacques Brel disait qu’il ne croyait pas au talent tel que l’on en parle, au don inné, mais il croyait au travail, à la discipline, à la sueur… Pourtant, lui était bien placé pour parler de talent, il aurait pu se vanter en disant « moi j’ai toujours eu du talent », mais il a préféré parler du travail qu’il avait fourni, et par là même, faire comprendre à tout un chacun, que la réussite est possible pour tous, moyennant de la sueur !

Moi personnellement, je ne crois pas trop aux dons, au talent, je pense qu’il faut un peu de chance, oui, d’opportunités, mais combien de fois la chance passe à côté de nous mais nous ne la voyons pas, nous ne prenons même pas la peine de la saisir, mais je crois surtout au travail, à la persévérance, et puis, ceux qui vous disent « il a réussi parce qu’il a un don », je leur dirai qu’il a réussi à force de sueur, et que ceux qui parlent de don, n’ont peut-être pas eu assez de volonté pour faire de tels efforts, en plus, je trouve que c’est facile de dire « il a un don » quand on ne voit pas le travail derrière cette réussite, moi j’ai toujours un grand respect et une grande admiration pour ceux qui on fournit un travail énorme pour réussir !

Bon, après le ratio en pourcentage peut changer, à vous de voir, on peut dire aussi « dix pourcents de talent et quatre-vingt-dix pourcents de travail », ou dire que le talent, les dons de naissance n’existe pas, c’est un grand débat, mais quoi qu’il en soit, le travail fourni reste en grande majorité le principal élément de toutes réussites.

 

barque de pêcheur

Publié dans Agir, Paraboles | Laisser un commentaire

Certaines « drogues » peuvent êtres bonnes

Hein, ça ne va pas, il a pété un câble le mec !!! Maintenant il va nous dire de boire et de se soûler à mort et il va nous expliquer que se piquer les veines c’est bon ! Il n’est vraiment pas bien ce type !

Non, calmons-nous, je veux simplement dire qu’il peut y avoir de mauvaises drogues, celles qui vous détruisent le corps et l’esprit, et dont vous aurez un immense mal à en sortir, excès d’alcool, drogues dures, même les champignons qui font rire, vous savez, la sorte qui a des veines et des nœuds (gag.)

Mais il y a aussi de bonnes « drogues » comme la pratique d’un sport, ou une passion peu importe laquelle, du moment qu’elle vous fait vibrer réellement à l’intérieur, ça peut être la musique, collectionner les timbres-poste ou même cultiver des choux-fleurs, du moment que ça vous plaît et cela vous anime, toutes les passions et tous les loisirs sont respectables. Cela devient réellement intéressant, lorsque vous arrivez à remplacer une mauvaise drogue par une bonne, car cela peut compenser l’effet de manque, mais il est vrai aussi qu’il est toujours plus facile de le dire que de le faire, sortir d’une mauvaise drogue reste quelque chose de très difficile, mais pas impossible, il convient aussi d’accepter de se faire aider dans certains cas.

Bon, je ne dirais pas non plus que de boire un verre de temps en temps c’est mauvais, on a bien le droit de se faire plaisir, c’est juste une question de dosage (et puis là où y’a dl’a gêne, y’a pas d’plaisir, et la vie serait d’un triste, mais d’un triste…)

Et puis, aussi, une bonne drogue peut être aussi trop envahissante, si vous négligez votre vie de famille et votre vie sociale au profit d’une passion trop débordante, cela devient aussi néfaste pour vous, là aussi c’est une question de dosage.

Mais quoi qu’il en soit, si vous arrivez à remplacer une mauvaise drogue (ou mauvaise habitude) par une bonne drogue (ou bonne habitude), alors là, je vous dis : Chapeau bas !

Au lieu de se shooter dans l’alcool et les substances bizarres pour oublier vos problèmes. Plutôt choisir d’utiliser de « bonnes drogues » pour vous changer les idées, pour éviter de « péter un plomb » pour évacuer la pression due au stress, par exemple, au lieu de me perdre dans des drogues bizarres, dans l’excès d’alcool pour échapper au surplus de pression, je vais me « shooter » dans un sport, ou un loisir, (il est vrai que picoler est nettement moins fatigant que faire du sport, le « levé du coude » n’étant évidemment pas un sport olympique).

Et puis, il faut que ce sport ou loisir, soit une détente, un plaisir, mais pas tout le temps le prendre comme une corvée pénible, même si tout plaisir contient de temps à autre des petites contraintes.

Alors si vous arrivez à vous « shooter » dans de bonnes « drogues » alors là, franchement, bravo !

Vous avez toutes mes ficelles de caleçon ! (heu… Je veux dire, toutes mes félicitations)

 

alcool,droguessport

(Dans cet article, j’utilise le mot « drogue » pour parler de loisirs ou sports, mais d’un point de vue positif du terme, comme nous pourrions parler de « bonnes addictions »  il est clair qu’un bon loisir, un bon sport, n’est pas une drogue au sens propre du terme).

Publié dans Agir | Laisser un commentaire

Yin-Yang, Mathématiques et test de la vue.

Le Yin et le Yang. Dans la philosophie Chinoise, c’est un symbole qui représente la complémentarité.

Contrairement à la croyance populaire, ce n’est pas « des opposés qui s’attirent », mais des « opposés qui se complètent ». En effet, tout dans l’univers a besoin de son « opposé » pour fonctionner. Exemples : le masculin et le féminin, le clair et le sombre, le grand et le petit, le pôle Nord et le pôle Sud. etc. Absolument tout dans l’univers, tout aussi dans nos vies aussi, a besoin d’un certain opposé pour que les choses puissent fonctionner.

Bon voilà, là c’était la « minute philo. ». Maintenant voyons à quoi je veux en venir plus précisément. Dans la plupart des cas, nous aimerions que les choses se passent bien, que tout fonctionne le mieux possible, pourtant, il y a toujours un petit « truc » qui ne va pas, quelque chose qui « coince », qui ne tourne pas rond, et si possible au plus mauvais moment en plus ! Eh bien ces deux pôles sont indissociables, on ne peut réussir sans échec, car on apprend de ses erreurs, (du moins si on a un minimum de réflexion), on ne peut faire un parcours sans fautes sans avoir fait des erreurs auparavant, l’important et de tirer un enseignement de ses erreurs, mais quoi qu’il en soit, nous sommes obligés d’accepter l’échec dans nos vies, c’est comme ça, on n’y peut rien ! Il est vrai que nous aimerions tous, ne pas avoir à subir d’échecs, (moi le premier), mais la vie et ainsi faite, à nous de le comprendre et de l’accepter !

Et maintenant, un peu de math, (et là, j’entends déjà dire : oh non, pas encore des maths), dans une de nos journées, combien d’erreurs faisons-nous réellement ? (Là, je vous laisse un petit moment pour calculer), j’additionne, je soustrais, je compte sur mes doigts… Et là, le résultat tombe : nous faisons en moyenne huit à neuf choses justes, ou plus, sur dix, et seulement une à deux choses de fausses, ou moins, sur dix. Donc plus des deux tiers sont des réussites ! Et pourtant nous nous focalisons toujours sur la petite part d’échecs, bien sûr que nous devrions tous nous rapprocher le plus possible de la réussite totale, mais celle-ci est et sera toujours impossible à cent pour cent. Quand nous avons résolu un problème, eh bien un nouveau problème réapparaît ! Si l’on se souvient de la logique du yin et du yang, qui veut que dans toute réussite, il y doit y avoir eu une part d’erreur, et que d’après notre petit calcule auparavant, il y a une grosse majorité de réussite, de positif, alors pourquoi nous focalisons-nous donc sur la petite part d’erreurs ? Si c’est pour nous améliorer, alors d’accord, (même si après des nouveaux problèmes surgiront, on n’y peut rien, c’est la vie), mais si c’est pour passer son temps à se plaindre de ses erreurs, de ses problèmes, alors qu’à bien regarder nous avons tous une majorité de réussite, alors passer son temps à pleurer sur ses problèmes n’a plus aucun sens !

Test de la vue : dessinez un petit point rouge au milieu d’une feuille blanche, demander à un ami ce qu’il voit, la plupart des personnes se focaliseront sur le petit point rouge et vous répondront (sûrement d’une manière quelque peu surprise) : eh bé, un petit point rouge, c’te question ???

Maintenant imaginez que le point rouge symbolise vos échecs, et le blanc restant vos réussites, la plupart des gens vont se focaliser sur le point rouge c’est-à-dire l’échec qui ne représente pourtant peut-être qu’un ou deux, (voire même seulement dix pourcents) de la surface de la feuille, l’être humain à tendance à se focaliser sur le minimum de négatif, et ignorera la majorité de positif, pourtant le positif est la plus grande surface restante !

Là encore, le ratio du minimum de négatif, (incontournable de toute façon, la logique du yin et du yang), le minimum d’échecs qu’il nous arrive en moyenne dans une journée, (les maths.), la focalisation sur le petit point négatif, sans chercher la solution, (test de la vue), nous amène à nous rendre compte que nous nous focalisons trop souvent sur nos échecs et pas assez sur nos réussites ! (Et bien sûr, tant mieux si vous avez la chance de ne pas faire partie des gens qui se focalisent sur leurs échecs) ! Ouf ! S’en est fini des problèmes de math ! (Heureusement qu’il ne nous demande pas de calculer le prix de la T V A, en plus) !

Arrêtons donc ne nous focaliser sur nos erreurs, acceptons nos échecs, apprenons le plus possible à tirer les bons enseignements de nos échecs, et arrêtons donc de passer notre vie à pleurer sur notre sort !

 

math

Publié dans Agir | Laisser un commentaire

La vraie force c’est aussi

J’ai longtemps cru que la force (surtout pour un homme), c’était d’être un gros balèze, qui ne montre pas ses sentiments, qui parle haut et fort, que, le fait de montrer ses faiblesses, de dire aux gens que l’on apprécie à quel point on les apprécie, que l’on les aime, ça ne faisait pas vraiment viril, un peu « délicat » voire « chochotte », bref, c’était être faible.

Moi qui suis plutôt du style un peu « ours » j’ai compris ce qu’était la vraie force, le jour où j’ai pris conscience qu’oser montrer ses vrais sentiments, c’était la vraie force, pas celle des muscles, mais celle de l’âme. Quel courage faut-il pour critiquer, détruire ? Absolument aucuns !

Par contre, construire, aider, dire que l’on aime, parler avec son cœur, là, oui, il faut un courage immense !

La vraie force, c’est oser être soi, oser dire je t’aime, oser admettre ses faiblesses ! Cette force-là vous met mal à l’aise pour en parler publiquement, mais quelle force !

Réussir à se mettre mal à l’aise, surmonter ses peurs, ses craintes et ses doutes, là est la réelle puissance de l’âme humaine ! Et c’est aussi la seule manière d’avancer dans sa vie !

La vraie force, c’est de montrer qui on est vraiment, montrer ses sentiments, oser montrer ses qualités, mais aussi ses faiblesses, jouer toujours les « gros durs » en critiquant toujours tout, en se croyant un être supérieur aux autres, ça, c’est peut-être la pire des faiblesses humaine !

 

 

Publié dans Agir, Introspection, matière à réflexion | Marqué avec , | Laisser un commentaire

LES DERIVES DU DEVELOPPEMENT PERSONNEL

Le but du développement personnel, c’est quoi ? Eh bien le but de ce développement, en gros pour simplifier, c’est réfléchir d’une autre façon, voire le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, positiver, se réaliser soi-même, reprendre confiance en soi, prendre en compte les réelles capacités que nous avons tous au fond de nous, et les mettre en action, c’est apprendre à devenir une meilleure version de soi-même… On peut en dire encore beaucoup à ce sujet, c’est beau, c’est très beau…

Mais voilà, il y a aussi des dérives dans ce domaine, des gens, sociétés, des pseudos groupes religieux ou autres, utilise ce beau principe de développement pour vous enrôler dans des systèmes quelque peu discutables, citons deux exemples connus.

Le premier exemple, ce sont ces sociétés de « vente Pyramidale » (appelée aussi M L M).

Au début, ces sociétés utilisent des principes de motivations, tirés d’enseignement de développement personnels, de principes de P N L, que de belles paroles vous disent-elles ! Tout ceci pour vous motiver à acheter leurs produits, à revendre leurs produits, et à trouver des revendeurs moyennant une commission pour vous-même, le problème, c’est que mis à part qu’il s’agit de leurs produits, bien souvent, ils vous vendent des produits parfaitement inutiles, mais vous bourrent le crâne et vous forcent à bourrer le crâne d’autres personnes à votre tour, en vous faisant croire que si vous n’utilisez pas leurs produits, vous allez tomber malade, ou autre, (je le sais, j’en ai fait partie, comme quoi tout le monde fait des erreurs, même moi).

Je trouve nettement plus respectable quelqu’un qui crée ses propres produits tel un artisan, qui utilise le développement personnel pour reprendre confiance en soi, pour mettre en valeurs les ressources intérieures qu’il possède déjà, bref, quelqu’un qui met en avant ses propres valeurs qu’il possède au fond de lui, pour devenir une meilleure version de lui-même. Le développement personnel n’étant qu’une aide pour réveiller ses propres capacités, trop souvent cachées au plus profond de nous.

Le deuxième exemple, ce sont ces pseudos « religions » ou « sciences » qui utilisent aussi ces beaux principes, au début ils vous diront des vérités, et ils auront raison, utiliseront des bases de P N L ou autres, des paroles magnifiques, et là encore ils auront raison, mais là où le bas commencera à blesser, c’est quand ils vous demanderont d’acheter leurs livres, biens souvent à un prix exagéré, vous demanderont une participation financière hallucinante, un gros pourcentage de votre salaire par exemple, et ensuite, ils commenceront à vous parler de « trucs bizarres » comme d’acheter votre place au paradis, ou des marches d’escaliers vous permettant l’accès à un paradis situé quelque part dans l’univers.

Moralité : toute belle chose peut être détournée à des fins néfastes,

Donc, à nous de rester vigilant !

Ps. :

Si jamais, vous pouvez acheter mon produit « Obtenez la guérison spirituelle et réservez votre place au paradis, en me versant 79 % de votre salaire tous les mois, avec ma garantie satisfait ou remboursé, si le paradis que je vous ai vendu ne vous convient pas, vous avez le droit de revenir à la vie et de me demander le remboursement total »…

(Bon, oui là j’avoue, c’était juste un GAG ).Clignement d'œil

 

 

Publié dans Non classé | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

La voie bidirectionnelle

La voie bidirectionnelle, est une route à deux sens, avec possibilité de croisement, dans ce cas-ci, une route sans ligne continue infranchissable

.

(Non, ceci n’est pas une leçon de conduite, on ne va pas refaire le Code de la route).

Ce que j’appelle la voie bidirectionnelle, c’est faire les choses dans les deux sens, c’est-à-dire, arrêter de se focaliser toujours sur soi (j’ai déjà fait un article là-dessus, c’est ce que j’appelle moi « le nombrilisme », qui est le fait de repenser toujours à ses problèmes, se croire seul dans un cas, et ignorer les autres autour de soi, qui ont aussi eu des problèmes, et parfois aussi peuvent nous aider).

Choisir cette voie « bidirectionnelle » c’est comprendre qu’il faut apprendre à s’aider soi-même, avoir de la considération pour soi, mais aussi, avoir de la considération pour les autres, savoir que, l’on peut les aider aussi de notre côté, les autres peuvent nous apporter quelque chose dans notre vie, mais nous pouvons leur apporter aussi beaucoup ! C’est une route à deux sens, je t’apporte et tu m’apportes aussi, c’est aussi de se valoriser soi-même, car quand on apprend que l’on peut aider quelqu’un, même si au début nous imaginons (à tort) que nous ne pouvons rien apporter aux autres, c’est faux, nous pouvons toujours au moins apporter notre petit « grain de sable », voire plus.

C’est le sens même de la vie, apporter aux autres, accepter que l’on nous apporte à nous-même. Des parents et leurs enfants, des profs à leurs élèves, mais aussi simplement apporter à un ami, et pourquoi pas, à un inconnu.

Apporter aux autres, non seulement et utile pour ceux-ci, mais peut nous apporter en retours, et nous apporte aussi un sentiment d’être utile, apprendre aussi à savoir tendre la main aux autres.

 

 

Publié dans matière à réflexion | Laisser un commentaire

Mon choix

  Mon Choix, fuir les commérages et les « bla-bla » négatifs.
Ou comment devenir sourd et muet.

Il y a déjà quelque temps de ça, j’ai pris une décision : fuir les discussions négatives, fuir les commérages, fuir la médisance, les ragots, le dénigrement.

Il y a beaucoup trop de gens qui ont construit (si on peut appeler ça construire) leurs vies sur tous ces points négatifs, sur le fait de dénigrer les autres, tous ça pour essayer de captiver une audience, et surtout, ces gens passent leurs temps à tout critiquer, pour ne pas risquer d’être dénigrés eux-mêmes.

Bien trop de discussions sont axées sur les petits défauts des autres, sur ce que les autres ont fait qui déplait (ou n’ont pas fait, car on aime bien aussi en rajouter, en inventer pour épicer la conversation), et puis, quand on n’a rien à dire, les commérages ça occupe ! Mais si on regarde bien, ces gens-là, curieusement, d’après leurs dires, il faudrait croire qu’ils sont parfaits, hors norme, sans aucuns défauts, hors qu’en réalité, ils ont autant de défauts que les autres, c’est juste qu’avec la médisance, ils se sont construit une « carapace » pour se protéger de leurs propres risques d’être critiqués, (à part peut-être qu’ils ont un défaut majeur en plus des autres : l’imbécillité) !

Mon choix a été bien simple : fuir ces gens et leurs commérages, quand je tombe au milieu de ce genre d’individus, ce genre de conversation stupide, j’ai curieusement la capacité de devenir sourd et muet, en effet, à quoi sert-il de rentrer dans de telles conversations, puisque de toute façon, ces gens veulent absolument avoir raison, et surtout prennent un réel plaisir à la critique, ce n’est absolument pas enrichissant et ça ne vous apportera jamais rien de positifs, donc ignorons ces gens-là ! (Il n’y a qu’à voir comment les médias vendent leurs articles à scandale, et comment il y a autant de gens qui les dégustent).

Dans les journaux « un chien a mordu une vielle dame, ou, la chanteuse à succès Lady Truc a glissé sur une peau de banane » ou au café du coin, « vous ne savez pas ce que Madame Machin à fait, c’est un scandale ! Ou j’ai appris que Monsieur Bidule, c’est fait un lifting pour se rajeunir, mais il est toujours aussi moche qu’avant » et alors, qu’est-ce que l’on en a à faire, qu’est-ce que ça peut nous apporter ? Ou alors, « tu te rends compte, l’actrice de vingt-cinq ans, Jennifer Gronènès, mariée au richissime homme d’affaire de quatre-vingt-cinq ans Bobby Pleindesous, a été vue dans un bar avec son garde du corps, main dans la main, et on les soupçonne de coucher ensemble, quelle honte ! »

Là ces gens, j’ai envie de leurs dires « avant de vous occuper des fesses des autres, occupez-vous de vos propres fesses », (du moins si elles sont propres…) Bon là… Oui, j’avoue, c’est la minute un peu vulgaire, je le ferais plus, c’est promis, (enfin… J’essayerai…).

Bref, ON S’EN FOUT !

Non, moi j’ai décidé de me focaliser sur les discussions enrichissantes, sur les rencontres de gens positifs, avec qui l’on peut avoir une réelle conversation positive, il y a tellement de gens à rencontrer, avec qui partager, et qui peuvent nous apporter des choses dans la vie, simplement des gens sympathiques, alors pourquoi perdre son temps avec des discussions débiles ???

 

Publié dans matière à réflexion | Laisser un commentaire

PENSER HORS DE LA BOÎTE

Il existe une expression, plus connue en Anglais, « think outside the box », en Français « penser hors de la boîte »…Heu… Oui.. Mais, ça veut dire quoi ? (Je n’ai pas la tête dans une boîte en carton, pourtant, pourquoi devrai-je penser à l’extérieur de celle-ci ? Bizarre…)boîte en carton

Eh bien. Cela veux dire qu’il faut penser différemment des autres, (le fameux « think different » de Steve Jobs, en fait). Si vous voulez obtenir des résultats différents, pensez différemment, voyez les choses avec un autre point de vue. Pensez différent !

Prenons par exemple, les gens célèbres, que l’on qualifie de « génies » Tous ces gens ont dû, pour réussir quelque chose, adopter une façon de penser différente des autres. Steve Jobs évidemment, avec son célèbre « think différent », Einstein, génie reconnu à l’heure actuelle, mais controversé aussi à son époque par d’autres scientifiques, Mozart, représenté en génie adolescent mais quelque peu excentrique, Henry Ford, avec l’industrialisation toute nouvelle à son époque, et tellement d’autres…

Pensez différemment dans votre vie, pour vos apprentissages, trouvez la manière d’apprendre qui vous convient le mieux, ou alors créez votre propre méthode d’apprentissage, différente.

De quoi avons-nous peur lorsque nous pensons différemment ? De la critique ? Du rejet ? Et alors, si cela nous permet d’avancer dans nos vies ! Qu’importe !

Regardez par exemple les gouvernements, ils véhiculent leurs propres idées, dans certains pays il est encore interdit de penser différemment, au Moyen-âge on envoyait au bûcher les gens qui étaient trop différents, (c’est d’ailleurs une époque où l’humanité a stagné, par faute d’accepter l’innovation).

Empêcher un peuple à penser différemment est le meilleur moyen de le soumettre.

Dans les guerres, les gens sont obligés de penser selon ce que leur dictent leurs gouvernements, ainsi on peut envoyer des gens à la boucherie par la seule manipulation d’un état, (pour simplifier, utiliser la logique primaire du nous les gentils et eux les méchants).

Dans le livre « Sauve-toi, la vie t’appelle », de Boris Cyrulnik, l’auteur nous décrit, comment durant la deuxième guerre mondiale, il en est arrivé à penser différemment, lorsque tout le monde disait, (et ceci des deux côtés,) « nous sommes les justes, eux sont les monstres ». Au lieu de se contenter de penser comme tout le monde pensait à l’époque, et ceci dans un contexte très difficile, il a voulu savoir pourquoi et comment on peut amener des êtres humains à commettre de telles atrocités, de n’importe quel côté, ceci à cause de dictateurs qui vous impose leurs logiques et vous interdisent de penser hors de leur norme.

Penser différemment est aussi et surtout valable sur le plan personnel, pour créer son entreprise, pour apprendre, pour grandir sur le plan personnel, pour résoudre des problèmes, trouver des solutions différentes, si les inventions avaient été créées par des gens qui pensent comme la moyenne, et bien, elles n’existeraient pas aujourd’hui !

Arrêtons de penser comme on veut nous l’imposer, comme les médias nous obligent à penser comme eux le veulent, pensons par nous-même, nous ne sommes pas les moutons d’un troupeau !

SI JE VEUX OBTENIR DES RÉSULTATS DANS MA VIE, SI JE VEUX TROUVER DES SOLUTIONS À UN PROBLÈME, ALORS IL FAUT QUE JE PENSE DIFFÉREMMENT, QUE J’ADOPTE UN AUTRE POINT DE VUE.

POUR TROUVER UNE SOLUTION, IL EST INDISPENSABLE DE VOIR LES CHOSES DEPUIS UN AUTRE ANGLE, « PENSER HORS DE LA BOÎTE ».

La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent.Albert Einstein

 

 

penser différent

Publié dans matière à réflexion | Laisser un commentaire

La parabole du panier de crabes

Ou l’histoire d’un crabe un peu plus malin que les autres…

C’est l’histoire d’une bande de crabes qui viennent d’être pêchés, (évidemment une histoire imaginaire).

Donc, cette équipe de crabes vient d’être pêchée, là, ils se retrouvent tous au fond du panier, là ils se disent : nous sommes tous condamnés à passer à la casserole, c’est fini pour nous ! Et là, tout au fond, il y a un tout petit crabe qui réfléchit… Et il se dit : et si je montais sur ce gros crabe là-bas, je pourrais atteindre le bord du panier et me sauver. Et donc notre ami crabe monte sur le gros crabe, se hisse péniblement, et avec ses petites pinces, il atteint le rebord du panier, il est à deux pas de la liberté, mais maintenant il se dit : ça ne serait pas sympa de laisser mes camarades ici, je vais leur dire de me suivre ! Et il dit : eh ! Les gars, il y a une solution, si on s’entraide tous, en se hissant les uns sur les autres, et en se tirant par les pinces, on peut tous sortir ! Et là, il y a quelques vieux crabes qui se disent : ce n’est pas un petit jeune qui va nous expliquer quelque chose, non mais ! Qu’est-ce que font les vieux crabes, eh bien ils l’attrapent par les pattes arrière, le tire vers le bas d’un coup sec, et le ramène au fond du panier. Résultat, eh bien c’est simple, ils finissent tous à la casserole !

Moralité : trop souvent quand nous avons une bonne idée, quand nous voulons sortir du lot, quitter le troupeau, il y a toujours des gens pour nous rabaisser, nous empêcher de réussir, pourquoi ? Par jalousie, parce que l’on ne veut pas que vous réussissiez là où d’autres ont échoué, et parce que c’est votre idée et pas la leur, pour certaines personnes, c’est inacceptable, alors on préfère faire ce que l’on a toujours fait et toujours dit : ne fait rien, c’est mieux !

Osons sortir du troupeau !

 

pannier de crabes

Publié dans Paraboles | Laisser un commentaire

L’éducation, le développement personel dès le plus jeunne âge

Ce qui manque dans l’éducation actuelle.

Un point que je trouve important, mais malheureusement trop manquant, dans l’éducation scolaire, c’est de parler, voire carrément créer des cours, sur le développement personnel, sur une base de psychologie, et ceci dès les premières années d’école (bien sûr, en adaptant les enseignements à l’âge des enfants, mais tous les enfants sont capables de comprendre une approche de la psychologie, par un enseignement adapté, mais aussi par des discussions ouvertes, entre les élèves eux-mêmes et avec l’interaction des instituteurs).

À l’école, on y apprend plein de choses, à lire et écrire, c’est indispensable, à compter, c’est incontournable pour toute notre vie future, l’histoire de notre pays, c’est bien, (même si pour beaucoup, on en oublie la moitié avec le temps), on y apprend plein d’autres choses, mais une branche est réellement manquante, le développement de soi, un peu de psychologie, l’interaction avec les autres, l’entraide et non la compétition, et là, c’est pourtant un des enseignements les plus indispensables pour toute la vie future, mais malheureusement, on préfère trop mettre en avant la compétition entre élèves. Bon, il est vrai que je ne connais pas tous les enseignants du monde, une grande partie d’entre eux est sûrement ouverte à ce genre d’éducation, mais je pense qu’il faudrait la mettre d’avantage en avant.

Par exemple, plutôt que d’aduler « le meilleur » parce que c’est celui qui a eu les meilleures notes, qui théoriquement a le mieux travaillé, donc qui devrait être le plus méritant, qui doit être un exemple pour toute sa classe, surtout un exemple pour les « mauvais élèves » les « cancres » (heureusement encore que le bonnet d’âne n’existe plus, enfin j’espère) pourquoi ne pas essayer de faire comprendre les raisons du fait qu’il y a des « bons » et « mauvais » élèves. Et là ne venez pas me parler, d’élèves plus appliqués parce que plus intelligents, l’intelligence et un vaste sujet, et puis on peut être très instruit, très diplômé, mais être un sinistre imbécile dans certains résonnements, dans des domaines de la vie courante. Le retard mental existe certes pour certains enfants, mais ce n’est qu’une minorité, et puis même si des enfants sont réellement quelque peu attardés, ce n’est pas de leurs fautes et c’est à nous de s’adapter à eux, mais je pense que pour la plupart des enfants, il y a une intelligence normale, voire même plus avancée, simplement que pour certains, il faut les aider à mettre celle-ci en valeur. (D’où la raison du développement personnel).

Il faut prendre en compte, et faire comprendre à tous les élèves, que même-ci en théorie, tous sont égaux, ce n’est pas toujours le cas dans la réalité. Par exemple, si un élève a comme parent des gens instruits, ou simplement ouvert humainement, des gens calmes avec qui il est facile de parler de ses problèmes, il y a de grandes chances que cet élève ait de bonnes notes à l’école, a contrario, un élève qui à des parents qui ne s’entendent pas entre eux, des parents qui se plaignent sans arrêt, voire des parents qui dénigrent leurs propres enfants, (malheureusement ça existe), il y a de grandes chances que cet élève ait des difficultés scolaires. Là je pense que c’est un sujet important qu’il faudrait traiter à l’école, et non pas utiliser la notion et simpliste de la compétition bête et méchante.

Apprendre aux enfants à se développer, leur apprendre les clés des relations humaines, pourquoi face à tel ou tel situations nous réagissons de tels ou tels façons, apprendre les principaux mécanismes psychologiques, apprendre l’entraide entre individus, bref, leur apprendre à résonner intelligemment !

Et là, j’entends déjà certains dires, « ce n’est pas le rôle de l’école, mais le rôle des parents », oui d’accord, si l’enfant à la chance d’avoir des parents ouverts au dialogue positif, mais rappelez-vous que tout le monde n’est pas égal dans la réalité, mais seulement en théorie, si l’enfant à des parents qui ruminent toujours leurs problèmes, sont négatifs, bien souvent parce qu’eux-mêmes n’ont pas eu la chance d’avoir une bonne éducation, (et là à bien regarder, ce n’est pas de leurs fautes non plus), eh bien cet enfant aura du mal à se développer, et là je pense que l’école doit rentrer en ligne de compte, ceci par une approche d’un enseignement du développement personnel pour tous les élèves.

J’ESPÈRE QU’UN JOUR, DE TELS ENSEIGNEMENTS DEVIENDRONT OBLIGATOIRES DANS TOUTES LES ÉCOLES DU MONDE !

 

éducation

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Je ne crois que ce que je vois, la parabole des jumeaux

Je ne crois que ce que je vois…

La parabole des jumeaux.

 

On entend souvent dire « moi, de toute façon, je ne crois que ce que je vois ! »

Mais là, justement, ne faudrait-il pas inverser la donne ? Plutôt que d’attendre de voir quelque chose de réel, le fait d’imaginer d’abord ne créerait-il pas une sorte de logique inconsciente qui nous amènerait à créer et trouver inconsciemment ou consciemment de nouvelles solutions, de nouvelles opportunités, après tout, toutes les inventions ont bien été créées au début, par de l’imagination. Pour imager cette réflexion, je vais vous parler de la parabole des jumeaux.

Bon, imaginons, (je dis bien imaginons) des jumeaux très avancés, qui ont la capacité de parler quand ils sont encore dans le ventre de leur mère, avant la naissance, (OK, c’est un peu farfelu, mais faites donc l’effort d’un peu d’imagination, c’est pour imager ma théorie), donc, ce sont des jumeaux, appelons les Robert et Nicolas :

· Dis-moi Robert

· Oui Nicolas

· Cela fait déjà quelque jour que je me pose la question

· Ah ! Quoi donc ?

· DIT MOI ROBERT, CROIS-TU QU’IL Y A UNE VIE APRÈS LA NAISSANCE ?

· Oh ! Moi tu vois Nicolas, JE NE CROIS QUE CE QUE JE VOIS !

Et puis le temps passe… Et arrive les premières contractions, et enfin le moment de la naissance, et là, Nicolas se dit : je ne sais pas si y il y une vie après la naissance, mais je vais essayer de voir ce qu’il y a de l’autre côté. Par contre Robert se dit : moi, comme je ne crois que ce que je vois, et je n’ai jamais vu l’extérieur, je préfère rester à l’intérieur…

L’un des jumeaux va vivre une vie entière et bien remplie, l’autre finira par mourir dans le ventre de sa mère, je vous laisse deviner lequel

 

jumeaux.png

 

Donc, après cette parabole (quelque peu farfelue, je l’admets) nous pouvons nous poser la question suivante : et si le fait de n’avoir qu’une vie « standard » dans la « moyenne de Monsieur tout le monde » le fait de ne pas réussir à me créer une vie à la hauteur de mes ambitions, ne viendrait-il pas tout simplement d’un manque d’imagination de ma part ? D’une peur de l’inconnu ? D’une peur de sortir de ma zone de confort ? D’une peur du rejet, de la critique ?

Je pense qu’il serait grand temps d’arrêter de se dire trop souvent « je ne crois que ce que je vois » il est vrai aussi que nous recevons tellement de chose réellement farfelues, de propositions qui ne sont que des miroirs aux alouettes, de gens qui veulent nous vendre de la réussite et du bonheur moyennant une nouvelle méthode révolutionnaire, (et moyennant votre argent, au passage) il est normal que l’on finisse par dire « je ne crois que ce que je vois » mais si l’humanité s’était toujours répété cette petite phrase, nous n’aurions jamais pu évoluer !

Il est indispensable, si l’on veut évoluer, construire sa vie, d’avoir un minimum d’imagination, et d’oser parfois aller voir ce qu’il y a de l’autre côté, « aller voir ce que l’on n’arrive pas à voir au premier stade ».

Souvenez-vous quand vous étier enfant, votre imagination, vos rêves, vos jeux d’enfant, et puis, est arrivé l’âge adulte, et là on vous a dit «il ne faut pas rêver, tu es un adulte maintenant ! » et là, vous vous êtes interdit vous-même de rêver, de vous autoriser d’avoir une vie à la hauteur de vos rêves d’enfant, parce qu’un adulte, « c’est une grande personne, responsable, sérieuse, qui n’est pas là pour rêver ». Bon, si votre rêve d’enfant c’était d’être astronaute, là il est vrai que c’est un peu plus difficile (mais pas forcément impossible), mais vous auriez pu accomplir tellement de grandes choses quand même ! (réveillons l’enfant qui sommeille en nous).

Arrêtons donc de voir seulement jusqu’au bout de notre nez, voyons plus loin, sortons du troupeau, voyons ce que la plupart des gens ne VEULENT pas voir !

Nouvelle phrase à apprendre par cœur :

Je vois ce que je crois !

twins-1099339__180

Publié dans Paraboles | Laisser un commentaire

Comment arrêter de procrastiner

Comment arrêter de procrastiner

Comment arrêter de procrastiner, la méthode du « pas à pas » et, « entraîner son cerveau ».

D’abord, entraîner son cerveau, qu’est-ce que ça veut dire :

Eh bien imaginons un athlète, disons un sauteur à la perche, qui se préparera pour battre un record aux prochains jeux Olympiques. Que devra-il faire pour battre son record ? La réponse est simple, s’entraîner, en effet, celui-ci serait un surhomme s’il avait des capacités de naissance qui pourront lui permettre de battre son record sans entraînement, il sera donc obligé de s’entraîner.

Imaginons que vous décidiez de courir à un marathon quelconque, logiquement que devriez-vous faire alors (à moins de vous appeler Superman) ? Là aussi, je ne vous apprends rien, vous connaissez la réponse : vous entraîner.

Jusqu’ici tout est normal, s’entraîner pour s’améliorer au niveau physique, pour atteindre un but sportif nous semblent tout à fait normal.

Mais lorsque l’on parle aux gens de s’entraîner au niveau mental, ceci pour s’améliorer au niveau personnel, atteindre un but qui semble difficile à atteindre par manque d’estime de soi, par découragement, curieusement là, personne n’est au courant qu’il faut aussi entraîner son cerveau. Pourtant, (pour la plupart de nous) à la naissance nous ne sommes pas équipés d’une musculature hors du commun, nous trouvons normal alors si nous voulons avoir des capacités sportives améliorées, de nous entraîner. De la même façon, pour la plupart d’entre nous, nous ne naissons pas avec des capacités cérébrales hors du commun, nous sommes alors obligés d’apprendre, de lire des livres, de suivre des cours, etc.

Notre cerveau réagira naturellement plus, dès notre naissance, par l’émotion directe, parfois irréfléchie, ce qui pourra créer des situations désagréables pour tout le monde, la solution : là encore, entraîner son cerveau, « à la naissance, nous sommes tous équipés d’un cerveau, mais nous n’avons pas reçu le mode d’emploi qui va avec »*. Peut-être somme-nous tellement imbus de notre personne, ou peut-être que la société ne voulant que des gens « parfaits » nous avons de la peine à reconnaître que nous avons absolument tous, besoin d’entraîner notre mental !

Un joueur d’échec a aussi besoin de s’entraîner au niveau mental, un sportif d’élite a autant besoin de s’entraîner physiquement que mentalement.

Entraîner son cerveau par la lecture, la connaissance, pourquoi pas la méditation, par la P N L, à chacun de trouver sa méthode personnelle, mais toujours entraîner son cerveau, s’entraîner soi-même.

Comment le faire sans procrastiner ? Simple, utiliser la méthode du « pas à pas », toujours faire une petite action dans la bonne direction, mais la faire tous les jours, aussi insignifiante nous semble-elle.

Voir un but trop difficile pourra nous sembler irréalisable, alors nous baisserons les bras, nous nous découragerons, c’est pour cela qu’il est indispensable d’aller tous les jours, un petit pas après l’autre, dans la bonne direction, après-tout, « Rome ne s’est pas fait en un jour » dit-on, il faut apprendre à « laisser du temps au temps », apprendre à avoir une dynamique constante, petit à petit, dans la bonne direction, même s’il y a des erreurs de parcours, il faut continuer à avancer « marche après marche ».

 

running-498257__180          head-607479__180        shoes-1245920__180

 

 

Note de l’auteur : quand vous allez dans un magasin d’électroménager pour acheter un nouveau lave-linge, vous trouver normal que le mode d’emploi soi fourni avec n’est-ce pas ?

À la naissance nous n’avons pas le mode d’emploi pour nous et notre cerveau, donc à nous de l’acquérir par l’enseignement et l’entraînement.

*Imaginez dans la salle d’accouchement, la sage-femme à la maman : C’est un beau bébé que vous avez là Madame, mais attendez, il manque quelque chose, je regarde mieux, ah ! Le voici, je l’ai trouvé, le mode d’emploi, dans une fourre en plastique transparent « Utilisation du bébé et comment faire fonctionner son cerveau d’une manière optimal » voilà Madame, tout est normal.Clignement d'œil

Et puis pour les petits pas à faire quotidiennement, dites-vous que toute action commence par un petit pas!

 

 

Publié dans Agir | Laisser un commentaire

Je n’y arriverai pas (la persévérance)

Je n’y arriverai pas…

(la persévérance)

Faite connaissance avec le petit diable qui vit sur votre épaule.

Je vous présente quelqu’un que vous connaissez bien, qui vit tous le temps avec vous, pourtant, vous seul le voyez et l’entendez, je parle de ce petit diable, ce petit monstre qui est assis sur votre épaule ,aujourd’hui, appellons-le « Lucif » diminutif de Lucifer, donc, voici Lucif :

Lucif Lucif, diablotin de son état, bon, là, il est dans sa version cool.

 

Mais qui est-il donc, ce « Lucif » ?

Eh bien, Lucif est un petit diablotin qui vit sur votre épaule, vous seul pouvez le voir et l’entendre, pourtant il est là, toujours à vous chuchoter des trucs à l’oreille, des « conseils à lui » il se dit votre ami, surtout lorsque vous avez des choix difficiles à faire, il vous murmure « tu n’y arriveras pas, ce n’est pas pour toi, les autres ont réussi parce qu’ils le méritent, mais toi tu n’es pas comme eux… »

Alors, comme on se dit que c’est notre ami, et bien voilà, on préfère l’écouter lui, après tout, il m’a bien dit « comme de toute façon tu ne pourras pas réussir, tu perds ton temps, et surtout après, tout le monde se moquera de toi, tu seras la honte personnifiée, non crois-moi, ne fais rien. »

 

devil-307138__180 Lucif déteste les gens qui ont trop de persévérance

 

Eh oui ! Mon ami Lucif, si tu n’étais pas là, j’aurais pu me tromper, faire des erreurs, pourtant… Il me semble bien avoir entendu dire une fois, il y a longtemps, que c’est dans l’erreur que l’on apprend, que tous ceux qui ont réussi leurs vies ont fait des tas d’erreurs auparavant. Alors Lucif, ne serais-tu donc pas ce véritable ami que je pensais ?

diable

 

Là, Lucif commence à être démasqué.

vilain diable

 

Non Lucif, finalement tu n’es pas mon ami, tu représentes seulement mes peurs cachées, tu n’existes que dans mon imagination, mais alors pourquoi je t’écoute tout le temps ? Je t’écoute par peur, peur de l’échec, mais surtout peur du rejet, peur de la critique, peur de sortir de ma zone de confort.

krampus-1085000__180

Et là, enfin, Lucif nous montre enfin son vrai visage, laid, vicieux, destructeur…

 

Plus sérieusement, tout ceci est pour dire que l’on écoute des fois trop cette petite voix intérieure, sortie tout droit de notre imagination et qui ne fait que de refléter nos propres peurs, et là, on préfère ne même pas essayer, pour voir, on se dit « bof, de toute façon, ça ne sert à rien » alors que l’on n’a même pas fait l’effort d’essayer. IL Y A PIRE QUE DE NE PAS RÉUSSIR, C’EST DE NE PAS ESSAYER. On n’aurait beaucoup trop peur de sortir de sa zone de confort. Et puis, s’il y a des « amis » autour de vous qui sont là pour appuyer votre petite voix intérieure, alors là, c’est la totale !

Pour vous, c’est confirmé à cent pour cent, n’essayez pas ! N’y pensez surtout pas ! Et puis si ces « amis » vous voyaient réussir là où eux-mêmes ont échoué…

Il faut aussi se dire que l’échec fait partie de la vie, que tout le monde a échoué un jour, même les plus « grands » l’échec n’est pas une honte, mais s’il est compris intelligemment, il devient une expérience, on ne peut apprendre sans aucun échec !

ange et démon

Bon.il est vrai qu’il est difficile de savoir quand on a tort ou raison d’essayer ou pas de faire quelque chose de nouveau, il y aura toujours cette lutte permanente, entre « et si j’échouais » ? Et : « c’est quoi le bon sens » ? C’est quoi faire quelque chose inconsciemment ? Est-ce bien ou mal ce que je veux faire ?

Là où il devient important de faire la différence, de bien réfléchir, c’est de se demander : et si j’échoue, qu’est-ce que je perdrai ? Dans ma vie, pour ma réputation, financièrement ?

Il est clair qu’il serait insensé d’investir toutes ses économies dans quelque chose de farfelu !

(Et en plus il y a tellement d’escroqueries sur le marché, qui n’attendent que de trouver des gens trop crédules).

Je le dis et le redis encore une fois : l’important c’est de faire la part des choses !

Si l’on veut réussir quelque chose, il faut essayer, et tant pis pour les critiques ! Mais il est important de se poser la question : savoir où l’on va se retrouver si l’on échoue, qu’est-ce que l’on va perdre et qu’est-ce que l’on va y gagner, mais il restera toujours le point essentiel : TOUJOURS OSER ESSAYER, AU MINIMUM, POUR AVANCER DANS SA VIE !

je suis pas bien

Aller Lucif, va te coucher, laisse-moi tranquille maintenant !

 

Imaginez que quand vous étiez petit, vous avez fait vos premiers pas, est-ce que vous vous êtes dit « et si au prochain pas je tombais ? » eh bien non, vous avez fait un pas de plus, et parfois vous êtes tombé, mais cela ne vous a pas empêché de recommencer, et maintenant pour la plupart de nous, nous marchons sur nos deux jambes, (si vous n’avez pas de handicap, ce qui n’empêche pas d’avancer, mais juste d’une manière différente), mais si vous aviez-eu peur de tomber dès les premiers pas, alors à l’heure actuelle, vous marcheriez encore à quatre pattes !

Alors faisons la part des choses et essayons au moins ! Apprenons à croire en nous, apprenons la persévérance !

opposites-484355__180

(Et basta la petite voix) !

Publié dans matière à réflexion | Laisser un commentaire

Apprendre

Apprendre, apprendre, et encore apprendre…

Apprendre toujours et encore tout au long de notre vie, cela est-il vraiment quelque chose qui a du sens ?

Finalement, on pourrait se poser la question, est-il bon d’apprendre tout au long de sa vie et pourquoi le faisons-nous ?

Pour moi, il est bon d’apprendre tout le temps, peu importe son âge, (ne voit-on pas de nouveaux retraités prendre divers cours sur toutes sortes de sujets, maintenant qu’ils ont plus de temps libre) ?

On peut apprendre juste pour le plaisir, par passion, par un réel besoin de découvrir de nouvelles choses, on peut apprendre par besoin pratique, si ceci nous apporte réellement quelque chose dans notre vie, (à condition évidemment, de le mettre en pratique).

Mais au final, si nous passons notre vie à apprendre, alors du début jusqu’à la fin de notre vie, nous aurons été des élèves, oui, mais nous aurons aussi été des transmetteurs de connaissance pour d’autres personnes et aussi pour les générations à venir, la grande question est : l’humanité saura-elle un jour tout sur tout ? La connaissance parfaite, universelle, entière, est-elle le but de l’humanité ?

Eh bien, je pense qu’il est une mission pour chaque individu et pour l’humanité tout entière, de s’améliorer par la pratique de la connaissance, donc de l’apprentissage, lutter contre l’ignorance, s’approcher le plus possible d’une certaine perfection, (la perfection totale ne sera jamais tout à fait atteinte, mais on peut s’y rapprocher).

Et puis, si nous avons décidé d’arrêter d’apprendre, parce que nous sommes persuadés de tout connaître de la vie, (là, il faut déjà être très imbu de sa personne), alors que ferions-nous ?

Si nous avons toujours les mêmes loisirs, et que nous pensons déjà tout connaître à leurs sujets, il serait très répétitif de les refaire sans cesse, lassant, donc au bout d’un certain temps, sans intérêts.

Que ferions-nous, peut-être regarder des choses sans intérêts à la télévision, et là nous perdons vraiment le temps qui nous a été donner dans notre (unique) vie !

Alors oui, on peut se poser la question sur « le sens de la vie » pourquoi apprendre tout le temps, c’est vrai qu’une fois que nous serons passés de l’autre côté, tous nos apprentissages acquis, ne nous servirons plus à rien, mais auparavant, nous aurons transmis un enseignement à d’autres humains, et puis le fait d’apprendre perpétuellement, nous créer chaque fois de nouveaux objectifs, de nouvelles motivations, maintien notre cerveau en action et favorise le maintien de la mémoire, et il est toujours plus agréable d’avoir des discussions avec des gens qui s’instruisent tout le temps et qui ont envie de partager leurs nouvelles (et anciennes) connaissances, plutôt que d’être avec des gens qui répètent toujours la même chose, sans cesse et sans cesse.

Alors là, oui, moi j’ai fait un choix, apprendre encore et toujours, aussi longtemps que je le pourrai, (évidemment, je ne vais pas me priver d’avoir d’autres loisirs, pour se « changer les idées » pour profiter de ma vie, n’exagérons rien non-plus, il faut aussi profiter de la vie, on en n’a, je crois, qu’une seule après tout), mais je préfère acquérir de nouvelles connaissances, que de perdre mon temps à regarder des émissions débiles comme le font encore trop des gens (quoiqu’à la télévision il y ait aussi des émissions enrichissantes, et puis un bon film ou un bon moment de divertissement de temps à autre ne peut faire que du bien, c’est juste une question de dosage), ou, à perdre mon temps à des discussions de bistro sans intérêts, ou autre…

Je pense qu’il faut faire un choix, sois, passé sa vie entière à se prendre pour un légume qui se laisse juste balancer par le vent et qui attend d’être cueilli pour être mangé, sois, choisir l’évolution par l’apprentissage, tout au long de sa vie !

 

apprendre

Publié dans matière à réflexion | Laisser un commentaire

La résilience, c’est…

La résilience c’est :

Être plus fort que la douleur

Survivre même au pire

Laisser passer l’orage

Oublier la bêtise humaine

Oublier la haine

Lâcher prise

Continuer sa route

Transformer les échecs en réussites

Plus dure a été la chute, plus grande sera la réussite

Voir le positif même dans le pire

Aimer la vie malgré tout

Devenir toujours plus fort

Vaincre ce qui nous paraît impossible

Choisir de vivre !

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le Nombrilisme

Le Nombrilisme.

Le Nombrilisme est une maladie très courante de notre époque.

Mais qu’est-ce que c’est y donc ça, le Nombrilisme ???

Eh bien, le Nombrilisme, ce sont les gens qui commencent toujours leurs phrases par « moi je ». Exemple : « moi, j’ai souffert dans ma vie, oui mais, moi Monsieur, j’ai vécu des choses inimaginables, vous ne pouvez pas savoir, » ou, « mais moi, Monsieur, j’ai vécu bien pire que vous ! »

Bref, les gens égocentriques, tournés seulement vers eux-mêmes, moi, moi, moi, et encore moi…

On dirait que lorsque l’on parle de ça, c’est un peu la course à celui qui a vécu le pire… À croire que les gens se complaisent dans leur vécu douloureux.

OK, on n’a tous vécu des choses douloureuses, on n’est pas tous « né avec une cuillère en argent dans la bouche », OK, il y a des épreuves particulièrement dures dans la vie, un divorce par exemple c’est à la mode à l’heure actuelle, plus de la majorité des mariages finissent en divorce dans les pays occidentaux, donc si vous avez divorcé, vous n’avez pas le monopole des complaintes…

Autre exemple : la mort d’un proche, d’abord sachez que la mort fait partie de la vie ! Ensuite, oui, la mort d’un être chère est quelque chose de très très douloureux, c’est vrai, mais on n’a pas le choix, on doit l’accepter, d’accord, c’est difficile à surmonter, il faut se laisser du temps pour faire son deuil, il faut du temps pour que les blessures, aussi douloureuses soit elles, se « soignent », (ici je n’utiliserai pas le terme « cicatriser » car certaines blessures ne se cicatriseront jamais, mais il faut vivre avec).

Si l’on n’arrive pas à s’en sortir par soi-même, accepter l’aide d’un ami, ou, d’un spécialiste, mais il est absolument impératif d’en parler ! (Et pas à un voyant, sectes, ou autres qui profitent surtout de votre crédulité, mais trouver un vrai spécialiste qui puisse réellement vous aider).

En gros, c’est le principe de la résilience, c’est-à-dire, utiliser nos épreuves, pour les transformer en forces, (beaucoup mis en avant par Boris Cyrulnik),.

Alors quand j’entends, « la résilience, s’est facile d’en parler, mais c’est difficile à mettre en action » Oui, vous avez raison, la résilience ce n’est pas facile à mettre en action, c’est tout à fait vrai, mais pas impossible ! La vie à des très beaux côtés, mais aussi des côtés atroces, la vie a aussi de terribles injustices, c’est comme ça, il faut l’accepter, il faut vivre avec, on pas le choix.

(Mais quel est bien le pignouf qui a dit que la vie était toujours facile ?)

D’ailleurs, j’ai un scoop à vous dévoiler, (désolé si je peux faire de la peine à certaines personnes sensibles) : Le Père Noël, les Bisounours, les Télétubbies, et autres, CA N’EXISTE PAS ! Et pour les plus vieux, Gros Nounours, Nicolas et Pimprenelles, et bé, y’a longtemps qu’ils mangent les pissenlits par la racine !

clip_image002

(Désolé).

Bon, pour résumer, après une épreuve il y a deux choix possibles : sans compromis.

CHOIX UN : J’AI VÉCU UNE ÉPREUVE, ET JE PASSE MA VIE A ME PLAINDRE, ET DANS CE CAS JE PRATIQUE LE NOMBRILISME.

CHOIX DEUX : J’AI VÉCU UNE ÉPREUVE, JE FAIS MON DEUIL, CECI PRENDRA LE TEMPS QU’IL LE FAUT, JE ME FAIS AIDER PAR QUELQU’UN DE CONFIANCE S’IL LE FAUT, JE SAIS QUE JE NE GUÉRIRAI JAMAIS VRAIMENT DE TOUTES LES BLESSURES DE MA VIE, MAIS J’APPRENDS À VIVRE AVEC, ET A LES GÉRER LE MIEUX POSSIBLE, (PAR DIVERS THÉRAPIES, GROUPES DE PAROLE, SPÉCIALISTES, MÉDITATION, LECTURES, etc.).

J’UTILISE LE PRINCIPE DE LA RESILIENCE, J’AVANCE PARCE QUE JE N’AI PAS LE CHOIX, ET JE CONTINUE A VIVRE.

QUESTION A SE POSER : JE CHOISIS DE M’ENTERRER VIVANT, OU, JE CHOISIS DE VIVRE QUAND MÊME ?

Moi, j’ai choisi la vie !

Alors arrêtons de se regarder le nombril en pleurant à chaudes larmes, choisissons la vie !

clip_image004

Ps. : Si cet article vous à plus et vous a boosté, tant mieux ! Et si cet article vous a choqués, tant mieux aussi parce qu’au moins ça a dérangé, donc fait réagir, et je me dis de toute façon, quand je n’ai pas trop le moral (oui, ça m’arrive aussi comme à tout le monde), « je n’ai pas tout à fait plus aucunes raisons de vivre, puisqu’il me reste tellement de personnes à enquiquiner).clip_image006

Publié dans Agir | Laisser un commentaire

Le temps qui passe…

Le temps qui passe, inlassablement, de notre naissance à notre mort, le temps qui s’écoule et ne reviendra plus jamais, dès le premier jour de notre naissance, celui-ci, nous glisse entre les doigts, ce temps si précieux, et pourtant ce temps que nous gâchons sans arrêt, « mais que fait-il ? Oh ! Rien, il s’occupe comme il le peut, IL TUE LE TEMPS », « tuer le temps », mais quelle expression stupide ! Comment peut-on vouloir tuer le temps, alors que celui-ci nous est si précieux ? Alors que nous savons très bien que le temps qui s’est écoulé dans notre vie, ne nous reviendra jamais, « hier encore, j’avais vingt ans » nous dit la chanson, la vie, si longue est pourtant si courte, la vie au moment de notre enfance nous paraît une longue route infinie, et pourtant celle-ci passe comme une éclaire dans l’éternité, et, a moins de croire en la réincarnation, ou en un paradis éternel, le temps qui nous a été donné, ne nous sera jamais rendu (enfin, je pense, je n’ai jamais été voire de l’autre côté non plus).

Alors, pourquoi ne pas prendre quelques minutes de ce temps qui nous est si unique, pour réfléchir à l’utilité que nous en faisons, est-ce vraiment intelligent, vraiment utile, de le perdre dans des futilités, de le perdre affalé sur son canapé en mangeant des chips (attention, il est vrai qu’à la télé, il y a aussi des bonnes choses, et puis on a le droit aussi de se détendre, se changer les idées, mais je veux simplement dire qu’il faut faire la part des choses, combien d’heures passons-nous chaque jour devant notre poste de télévision, et pour la plus grande partie du temps, à regarder des choses sans intérêt), pourquoi nous obstinons-nous à le perdre en lisant les dernières nouvelles sans intérêt pour nous, mais que nous croyons indispensable de connaître, et pourquoi tant de bla-bla, de dénigrement sur untel ou untel, juste pour faire des commérages, juste comme ça, juste pour « tuer le temps », n’aurions-nous pas plutôt intérêt d’utiliser ce temps si précieux, pour des choses enrichissantes, qui peuvent nous apporter réellement quelque chose dans nos vies, faire des choses que l’on a toujours rêvées faire, mais voilà, on n’avait pas le temps, on était occupé devant la télé, ou à faire des commentaires sur les derniers potins du village, « vous s’avez pas la dernière madame Machin, et bien Madame Dugland elle a appris que Monsieur Truc il a dit que la sœur du curé était moche, mais moi je vous le dis, Madame Machin, Monsieur Truc il n’a pas une vie très net, il parait que…. » Ou bien : « tu ne sais pas ce qu’est arrivé, dans le dernier Secret Révélation, ma téléréalité favorite ? Et bien… », Croyez-vous vraiment que se sera utile, si au moment de grand départ, que l’on puisse mettre sur votre pierre tombale, « il n’a rien fait de sa vie de grand, mais au moins il s’avait tout de la vie de Monsieur Truc et connaissais part cœur toutes les téléréalités ».

Et puis, il faut aussi penser (sans tomber non plus dans l’extrême pessimisme) que nous pouvons partir de cette Terre du jour au lendemain, par un imprévu, maladie, accident…

Alors, réveillons-nous, réfléchissons à ce temps qui nous a été donné, et faisons – en le meilleur usage possible.

Pour les plus courageux, un livre : Sénèque, de la brièveté de la vie

Ou en vidéo : Sénèque de la brièveté de la vie.

 

sablier de la vie

 

 

 

Publié dans matière à réflexion | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Des hauts et des bas ? la motivation ?

Avoir des hauts et des bas et les vidéos de motivations.

Est-ce que c’est normal d’avoir des hauts et des bas ? Est-ce que je manque de motivation ? Regarder des vidéos de motivations peut-il réellement m’apporter quelque chose ? Est-ce que je dois prendre simplement des vitamines ? Eh bien, oui et non, en fait, c’est bien plus complexe que cela.

Premièrement, pourquoi les conférences de motivations, (c’est plutôt la mode aux États Unis), les vidéos motivantes YouTube ne font de l’effet qu’un temps ? (Particulièrement dans le domaine de la musculation, fitness). Eh bien, ces vidéos et conférences diverses, ne sont pas mauvaises en elles, c’est même très positif de les regarder, le problème, c’est que dans la plupart des cas, on est supermotivé sur le moment et juste après, mais au bout de peu de temps, on retombe dans le train-train quotidien, avec tous ses petits soucis habituels, alors on oublie le 95 % de ce qui nous a motivés.

Il faut comprendre un point essentiel, la motivation seule ne marche pas, si on ne l’accompagne pas de nouvelles habitudes ! En effet, si l’on veut être motivé sur le long terme, il faut absolument se créer de nouvelles habitudes quotidiennes, ET SURTOUT LES TENIR ! Sinon, ça ne fonctionnera jamais ! C’est peut-être difficile, désagréable au début, mais il faut accepter de se faire violence, c’est la seule solution, et arrêter de procrastiner tout le temps, de se dire « je le ferai après avoir regardé ma série télé quotidienne, je veux d’abord savoir si la grande Julie va épouser Robert, et après seulement, je pourrai tenir mes engagements), en fait vous ne le ferez jamais, ou alors, pas longtemps, (eh oui, désolé, mais peut-être pour certains, louper un épisode des Feux de La Cour, (gag) semblera peut-être insurmontable), mais rappelez-vous, si vous voulez changer, il faut se faire violence !

Deuxièmement, oui, il y a des neurotransmetteurs dans le cerveau qui agissent sur notre humeur, c’est connu par les neurosciences, mais voilà, qu’est-ce qui déclenche tout ça ? Là, je ne pense pas qu’il s’agisse du simple fait de ce que nous mangeons, ou que d’absorber des pilules de vitamines, je pense qu’il s’agit de tout un processus psychologique, (là c’est mon avis personnel, il s’agit d’un grand débat), d’un se focaliser sur des choses motivantes, de deux, se créer de nouvelles habitudes et les tenir, de trois, arrêter de ruminer des pensées négatives, plus vous vous enfoncerez dans des pensées néfastes, des pensées « poisons », plus votre cerveau créera une chimie destructive, plus votre cerveau sera atteint par un processus chimique néfaste, plus vous aurez besoin de ruminer vos pensées négatives, et là vous tomberez dans un cercle vicieux, dès lors, il n’y aura plus d’autres choix qu’un traitement psychiatrique pour vous essayer de vous tirer d’affaire, et se sera un processus très long, difficile, pas toujours garanti, et qui pourra peut-être vous laisse des séquelles a vie, la science ne pouvant, pas encore tout guérir, malheureusement, c’est pourquoi il est important au moindre signe de dépression, (la déprime passagère, courte est normal et arrive à tout être humain, la dépression est une maladie à soigner), de prendre tout de suite les mesures pour un suivi médical, quand à la déprime passagère, il faut tout de suite brancher son esprits sur des choses positives, se changer les idées, (musique, sorties, nouveautés, films, etc..) afin de s’assurer de ne pas tomber dans une réelle dépression, mais si la déprime est trop fréquente, alors là oui, il vaut la peine de voir un spécialiste, mais la petite déprime passagère, le coup de blues, le petit passage à vide de temps en temps, pas trop souvent évidemment, fait partit (à mon avis) du processus normal de vie de n’importe quel être humain.

Dites-vous que lorsque vous voyez un acteur célèbre, drôle, plein d’humour, un clown, ceux-ci se présentent devant vous alors qu’ils semblent plein d’enthousiasmes, mais ne vous leurrez pas, dans leurs vies privées, ils leur arrivent aussi d’avoir des passages à vide, c’est normal, ce sont des êtres humains comme vous et moi après tout, mais ils ne vous le montrent pas publiquement, sauf pour certains qui poussé par une vie médiatique trop stressante et lourde à supporter, tombent dans de profondes dépressions, et là, malheureusement, ce sont les journaux à scandales qui s’en emparent, et en font ainsi leurs profits !

Attention ! Si vous devez faire appel à quelqu’un dans un moment donné de votre vie (il n’y a pas de honte à ça, cela peut arriver à tout le monde, nous sommes de simples humains après tout, avec nos qualités, nos réussites mais aussi nos défaillances, il faut l’admettre), faites bien attention de trouver la bonne personne, il y a tellement de charlatans du style voyance et autres, qui profiteront surtout de votre porte-monnaie, et au final, useront simplement d’une bonne psychologie pour vous dire ce que vous voulez entendre ! Faites aussi très attention à toutes ces sectes, qui profiteront vous voyant quelque peu déstabilisé, mal dans votre peau, pour vous dire « viens avec nous, nous sommes tes amis, nous sommes là pour t’aider » et vous attirerons ainsi dans leurs filets, et même vous demanderons de participer financièrement à leurs « œuvres ».

On peut aussi lutter contre la démotivation, le mal-être, en lisant et s’intéresser à divers courants de pensés, qui possèdent de bons enseignements, sans pour cela vous demander d’y adhérer à 100 % et sans, n’ont plus, vous demander une contribution financière, tel le Bouddhisme qui possède de très bons enseignements (à mon avis) sans pour cela être obligé de se « convertir » ou d’y croire entièrement, chacun peut avoir son avis du moment que celui-ci ne nuit pas à l’autre, d’ailleurs aussi bizarre que cela puisse paraître, on peut être Bouddhiste et Chrétien ou autres… Et, évidemment, il y a plein d’autres bons courants de pensée, à chacun de trouver celui qui nous convient le mieux.

Alors oui, pour résumer, il est normal, (à mon avis, vaste débat…), d’avoir des hauts et des bas, des passages « à vide », le principal est d’être vigilant sur le temps que ces « passages » durent, leurs fréquences, si nous avons la capacité de reprendre le contrôle des choses rapidement, et, le cas échéant, à quel moment faut-il se tourner vers des personnes compétentes pour nous faire aider, et puis n’oublions pas, après tous, nous sommes tous, juste des humains.

 

déprime                 je suis pas bien                   heureux      RireSourireClignement d'œil

Publié dans Agir | Laisser un commentaire

Mode “peace and love” ou mode “Figth Club” ?

Peace and love ou hard-rock ? (mes états d’âme).

Une des grandes questions que je me suis posé, (hé oui, philosophie me revoilà), faut-il être en mode « peace and love » ou être en mode « métal, cuire et hard-rock, bref, gros ours » ?

D’un côté, je serai plutôt d’un naturel « peaceful », tranquille, à laisser couler les choses, en se disant qu’après tous, les prises de tête ça ne sert à rien, c’est juste, après tout, grogner contre quelqu’un d’autre ça n’a pas de sens, est-ce que ça m’apportera quelque chose à moi ? Est-ce que je convaincrai mon interlocuteur en élevant la voix, puisque dans la plupart des cas il ne voudra de toute façon rien comprendre de mon opinion personnelle, et en plus, si j’ai affaire à quelqu’un d’un peu simplet, est-ce que ça le rendra plus intelligent ? Non !

Et puis d’un autre côté, je suis un peu « ours », à grogner contre quelque chose ou quelqu’un qui ne me convient pas, faut-il se laisser tout le temps faire ou se battre ?

J’aurai pu intituler aussi cet article « vivons-nous dans un monde de Bisounours ? » avec les petits z’ozios qui chantent et tout le tintouin habituel.

He bien non, la réalité a aussi un côté dur, cruel, injuste, nous devons l’accepter, et nous sommes obligés parfois de nous battre, pour nous faire respecter, pour nos droits, il ne faut pas se voiler la face, il faut aussi s’endurcir pour pouvoir vivre dans cette société qui de nous ne fait pas toujours de cadeaux, mais là je pense qu’il faut se battre seulement si ça en vaut la peine, seulement s’il n’y a pas d’autres solutions, et puis si nous sommes trop gentils, malheureusement il y aura toujours des gens qui essayeront de nous dominer, de nous diminuer, de nous rabaisser, de nous blesser, mais heureusement ce n’est qu’une minorité d’imbéciles, mais pour ces causes-là, oui, il faut se battre.

Faut-il éduquer les enfants dans une culture « Télétubbies, Bisounours et autres ? », (bon, moi quand j’étais un petit z’enfant, il y a very long time ago, c’était plutôt la culture Nounours, Nicolas et Pimprenelle, toutes une éducation, ha ! Qu’elles sont loin mes jeunes années, snif…)Je ne sais pas, il faut qu’ils voient aussi la vérité, d’une manière modérée, mais en tout cas pas à l’inverse, les plonger dans des jeux vidéo extrêmement violents et autres, (n’oublions pas que Anders Breivik s’était lui-même vanté de s’être entraîné sur de tels jeux vidéo, et on a vu le massacre que cela a pu donner) ou que des dictateurs comme Hitler ou autres n’ont fait que de ruminer leurs haines, et ainsi détruit des millions de vies et aussi leurs propres pays, mais alors, la solution du Mahatma Gandhi, la non-violence, est-elle la meilleure ? Je pense que oui et non, oui parce qu’il faut toujours chercher une solution pacifique et qu’une guerre restera toujours un échec au bon sens, et non par ce que parfois il n’y a pas d’autres solutions, malheureusement, que de se battre pour survivre.

De là, j’ai eu une grande réflexion, si je suis plutôt en mode « peace » n’est-ce pas là une faiblesse, une fragilité, ne suis-je pas un être un peu trop sensible pour vivre dans ce monde ? He bien j’ai pensé, que quitte à être en mode « peace », pourquoi ne pas en faire une force ? Et là je me suis dit, si nous sommes obligés de livrer une bataille, aussi pénible soit-elle, SI NOUS DEVONS NOUS BATTRE POUR UNE CAUSE, ALORS LA PLUS BELLE DES BATAILLES SERA LA BATAILLE POUR LA PAIX, CONTRE L’IGNORANCE ET L’IMBÉCILLITÉ HUMAINE !!!

 

hippie-487037__180   V S  soldier-1529199__180

Publié dans matière à réflexion | Laisser un commentaire

Loi de l’attraction, mon avis.

Loi de l’attraction, mon avis.

La loi de l’attraction, Qu’est-ce que c’est t’y donc que ça ???

Eh bien, cette « loi de l’attraction » serait une loi selon laquelle il suffirait de demander très très fort à l’univers, mais vraiment très fort en le voulant vraiment, de réaliser ses objectifs, et alors l’univers vous répondrait en exauçant vos vœux les plus chers, il y aurait donc là un secret ancestral qui nous aurait été caché pendant des siècles, et réservé seulement à un petit nombre de personnes qui détiendraient ce fameux secret… Est-ce que ça marche ? Eh bien oui,… et non…

En fait, je pense qu’il n’y a rien de magique là-dedans, ça peut fonctionner si vous y croyez réellement, (bien sûr dans la limite du raisonnable, si vous voulez repeindre la Lune en vert à pois bleus, même si vous le voulez réellement, là, je ne pense pas que sa puisse marcher) mais disons que si vous voulez atteindre un objectif personnel, votre cerveau va mettre tous les moyens en œuvre pour y parvenir, consciemment ou inconsciemment, en effet, si vous entraînez votre cerveau d’une façon objective, celui-ci sera capable de détecter la moindre petite opportunité que d’habitude vous n’auriez pas vue, en effet, nous passons une grande partie de nos journées à passer à côté de nombre d’opportunités, sans les voir, et ceci uniquement parce que notre cerveau n’est pas entraîné à les voir, n’a pas été préparé à les saisir, et là donc, cette « loi de l’attraction » permettrait en fait, par une forme d’entraînement, d’apprendre à notre cerveau à saisir les opportunités que nous ne voyons d’habitude pas, parce que nous sommes trop concentrés sur notre routine quotidienne, sur nos petits soucis, ou peut-être nous avons aussi trop habitué notre cerveau à voir le négatif des choses, le difficile, le compliqué, le verre à moitié vide. Alors, là, la loi de l’attraction, oui si ça vous permet d’atteindre vos objectifs, là elle est utile si vous y croyez réellement, mais pour ma part, je pense que c’est quelque chose qui fonctionne, mais il n’a absolument rien de magique là-dedans, rien de mystérieux, ce n’est pas un « secret caché » c’est juste quelque chose qu’il faut comprendre, et c’est à la portée de tout un chacun.

Ensuite j’aimerais faire remarquer un petit détail sur cette « loi », on nous dit qu’il y aurait un secret qui nous aurait été caché durant des siècles et des siècles, mais à bien regarder, ce soi-disant secret, ne serait-il pas simplement ce que nous appelions avant « la prière » ? Cette demande à l’univers, ne serait-elle pas une demande à Dieu ? Mais alors il y n’a rien de nouveau là-dedans, c’est juste le terme qui a changé. Peut-être pour être plus à la mode, et puis il faut le dire aussi, les gens aiment bien ce qui peut être qualifié de « mystérieux ».

 

loi de l'attraction,univers

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les nouveaux handicapés, (suivre l’évolution)

Les nouveaux handicapés, c’est qui ? (suivre l’évolution)

(Je ne parle pas de ceux qui sont dans des chaises roulantes ou autres, bien sûr, quoi que des fois, ils sont plus évolués que bien des gens).

Je veux parler des gens qui n’arrivent pas à suivre l’évolution. Il y a d’abord ceux qui refusent de suivre toutes évolutions, principalement la technologie, comme internet par exemple, il faut bien comprendre que nous n’y échappons pas de toute façon, elle est là, que l’on le veuille ou non, refuser l’évolution technique, c’est refuser d’évoluer pour son propre avenir, à moins de vivre sur une île desserte, de s’y sentir bien au point de ne pas vouloir la quitter, ou de garder des moutons, seul, sur un alpage isolé, ou d’avoir plus de 98 ans et demi… Oui là je comprendrai que l’on ne s’intéresse plus vraiment à l’évolution, mais autrement, c’est difficile d’y échapper.

Imaginez si l’homme des cavernes avait refusé d’évoluer, refusé le feu, refuser l’outil ?

À l’heure actuelle, si nos ancêtres les hommes des cavernes avaient refusé l’évolution, NOUS SERIONS ENCORE à TAILLER DES SILEX DANS DES CAVERNES !

Regarder par exemple le Moyen Âge, combien de siècles entiers à stagner ? Je dirais même que nous y avons quelque peu régressé.

À mon avis, si nous avons deux yeux placés à l’avant de la tête, c’est bien pour regarder devant, pas en arrière !

Et puis, disons-nous une chose, TOUT S’APPREND, à son rythme peut-être, mais tout peut s’apprendre, je conviens que tout va peut-être un peu trop vite, c’est vrai, mais au moins apprendre le minimum de nos possibilités.

Le deuxième exemple que je donnerai, est d’apprendre une autre langue, et pour pouvoir voyager à travers notre belle planète, il y a beaucoup trop de langues différentes pour les connaître toutes, alors il faut bien définir une langue qui soit dite « international » et sur notre planète Terre, il se trouve que l’on a choisi l’Anglais, c’est comme ça, point !

(Bon, je n’aime pas non plus les gens qui parlent la même langue, mais se croient obliger d’y mettre des mots d’Anglais juste pour frimer, ça n’a pas de sens bien sûr, mais l’Anglais comme langue internationale, oui).

Il est vrai que l’apprentissage d’une langue n’est pas forcément quelque chose de très facile, mais au moins avoir une bonne base pour se faire comprendre, nous n’aurons pas forcément le meilleur Anglais littéraire, pas le meilleur accent, nous devrons nous répéter pour nous faire comprendre, faire répéter les gens même si c’est quelque peu gênant, mais au moins nous aurons fait l’effort pour nous faire comprendre.

Alors surpassons ces handicaps que nous nous sommes nous-mêmes imposés, et continuons d’évoluer, suivons donc l’évolution.

Homme des caverne refusens l'évolution      Homme-des-cavernes-en-volution.png

Homme de cavernes                                     Homme des caverne en

refusant l’évolution                                        pleine évolution

Publié dans matière à réflexion | Laisser un commentaire

Le point essentiel pour agir

Comment agir, ce qui est pour moi, LE point essentiel, comment passer à l’action, et d’abord c’est quoi agir ?

C’est vrai si je dis agir, on me dira, « heu oui, agir on veut bien, mais dans quel sens ? » Est-ce que ça va me permettre de mieux gagner ma vie ? Est-ce que j’aurai plus de facilités dans ma vie, moins d’emmerdes ? Bref est-ce que j’aurai une meilleure qualité de vie ?

Parce que si on se contente de dire aux gens « bougez-vous », sans leur dire dans quel sens et pourquoi, ça n’a absolument aucun sens, un peu comme un animal à qui on aurait caché les yeux pour qu’il ne voit rien, que l’on aurait rendu fous par des bruits de toutes sortes, là oui, effectivement, l’animal en question bougera, mais il se cognera partout autour de lui, ça ne lui apportera rien sinon que de multiples bosses de toutes parts, et là, trop de gens s’époumonent à vous dire « bougez-vous », mais ne vous apporte rien de plus, malheureusement trop de gens sont même prêts à payer pour entendre quelqu’un leur gueulez dans les oreilles « remuez-vous » mais au final, ne vous donne pas de clés pour avoir concrètement une vie meilleures, changer d’emploi, devenir indépendants, gagner plus, mieux s’entendre avec son entourage, mieux s’entendre dans son couple, être quelqu’un de plus apprécié, de mieux respecté.

Eh bien, je suis persuadé que si nous voulons agir, LE point essentiel et de modifier son état d’esprits, en effet, ce qui va nous permettre d’apprendre, c’est le fait d’être passionné par quelque chose, d’avoir un réel centre d’intérêt, mais alors si vous me dites, « je ne suis motivé par rien » ou comme beaucoup de gens « au début je suis motivé par ce que c’est-ce de nouveau, et après je me lasse, je perds ma motivation », pourquoi ? Par ce que toute nouvelle chose à quelque chose de passionnant, mais aussi beaucoup d’obstacles, et là, au début notre cerveau se focalise sur le passionnant, et après la paresse arrive, et notre cerveau préfère voir les obstacles, arrive la démotivation et nous ne faisons plus rien.

Pour changer quelque chose, agir, il est nécessaire obligatoirement d’acquérir de nouvelles connaissances, d’apprendre, et c’est là le point essentiel pour agir, forcer son cerveau à voir le côté « génial » de ce que l’on apprend, les obstacles arriveront de toute façon, mais nous ne devons pas nous focaliser là-dessus, nous finirons forcément par passer au travers des obstacles.

Notre cerveau aura tendance par finir à voir les obstacles, et ça par paresse, il est un peu fainéant parfois, c’est à nous de le forcer à voir le fabuleux, le génial, l’extraordinaire, je suis persuadé que si nous forçons notre cerveau à s’habituer à voir les avantages, alors là notre intelligence à des capacités que nous ne soupçonnons même pas ! Et je pense que dès ce moment-là, nous pouvons apprendre plus que nous l’imaginons, par exemple une nouvelle langue, la musique, un nouveau métier.

Forçons la masse située entre nos deux oreilles à voir le « génial » de toute nouvelle chose, de tous nouveaux apprentissages, et là nous pouvons enfin réellement agir.

 

agir.jpg.jpg

Publié dans Agir | Laisser un commentaire

Savoir gérer son temps

Pour agir, changer quelque chose dans sa vie, passer à l’action, l’un des points indispensables est de savoir gérer son temps. En effet, si nous voulons changer, créer quelque chose de nouveau dans notre vie, il faut que nous puissions planifier notre temps, établir quelles sont nos priorités, si non, nous passons notre temps à procrastiner, à repousser l’action à effectuer, se créer un plan d’action, mais pour cela il faut d’abord apprendre à définir nos priorités, si je suis à la recherche d’un nouvel emploi, est-il mieux de regarder les petites annonces ou d’envoyer des CV à des employeurs d’abord, puis passer l’aspirateur et ensuite s’il me reste du temps regarder la télé, ou est-il mieux de commencer par regarder la télé ? Logiquement tout le monde dira que c’est la première solution qui est la plus judicieuse, et pourtant le faisons-nous vraiment d’une manière logique ? Pas forcément, c’est pourquoi je pense que si nous avons deux heures devant nous, il faut se dire par exemple : je vais commencer par prendre 20 minutes pour lire les annonces, 40 minutes pour envoyer mes CV, 20 minutes pour faire le ménage, et, peut-être après si j’ai le temps et que j’ai tout fait d’important, là je pourrai si je le veux, regarder la télé, là, il s’agit d’une façon de GÉRER SON TEMPS.

Trop souvent, nous sommes en mode « télé, canapé, truc à grignoter », et nous sommes là, bêtement, à faire le légume devant la télévision, pourtant nous avions des choses à faire, mais voilà, il fallait juste que nous regardions la fin du feuilleton télé, et puis… Après nous avons zappé sur une autre chaîne… Et nous sommes toujours là, affalés sur le canapé du salon, et tout ce que nous avions à faire au fait ? Après tout, ce n’est pas grave nous le ferons demain, même si nous savons que demain sera pareil.

Non, il serait plus judicieux de gérer son temps d’abord, et après, une fois le travail effectué, là nous pouvons nous dire « je l’ai fait, OK, je suis content de moi, maintenant j’ai le temps de me d’étendre devant la télé » enfin, pour ceux qui ne peuvent pas se séparer de leurs télés, évidement, mais nous avons aussi le droit de nous, changé les idées, nous amuser, nous détendre, sinon la vie serait bien triste, bien sûr, mais l’important est de savoir gérer son temps gérer les priorités. Bon il est vrai qu’il y aura toujours des imprévus, ceux-là mêmes qui arrivent au plus mauvais moment, cela fait partie de la vie, les imprévus sont contournables pour tout le monde, mais au moins faut-il dans la mesure de nos possibilités, gérer l’ordre de nos priorités le plus possible.

 

grer-son-temps.jpg

Publié dans Agir | Laisser un commentaire

obsessions

Une chose que j’ai remarquée, chez les gens qui ont « réussi » (je mets réussi entre guillemets, parce que l’idée la réussite que l’on se fait est quelque chose de personnel), c’est qu’en fait, ce sont tous des gros obsédés, ce que je veux dire par là, ce n’est pas que ce sont de gros pervers, non, mais si on regarde bien, les gens qui ont réussi dans n’importe quel domaine que ce soit, sont obsédés par la réussite de leurs projets, on pourrait aussi dire « acharnés », il ne compte pas les heures de travail, ils donnent tout ce qu’ils peuvent dans leur but, ils se donnent à fond, cela devient quasiment une obsession pour eux, celui qui veut créer quelque chose, monter une entreprise, ou un projet quelconque, doit avoir cette obsession, celui qui veut créer, mais ne le fais que quand ça lui plaît, juste de temps en temps comme ça, qui procrastine, celui-là n’a que peu de chance de réussir, les gens qui réussissent, intègre le projet dans leurs vies de tous les jours, ils ne font plus vraiment la différence entre leur vie privée et leur projet, ceci peut aussi créer des problèmes dans une vie de famille, dans leur vie sociale, il convient donc de faire très attention de réussir à conjuguer vie privée et projets, bien réussir de gérer son temps, mettre ses priorités en premier, mais savoir « décrocher » pour pouvoir garder une vie sociale et éviter divorce, isolement et autre.

Une autre chose importante, c’est comprendre la notion de ce j’appelle l’obsession, comprendre qu’il y a les bonnes et les mauvaises obsessions, les bonnes obsessions seront de créer un projet constructif, en faisant toujours attention de savoir gérer son temps, garder une vie sociale avec son entourage, les mauvaises obsessions sont les obsessions négatives, tel le dénigrement continuel de soi ou des autres, et évidemment les obsessions perverses.

Maintenant, regardons ce qu’est réellement une obsession, c’est pour simplifier, une idée, ou un projet que nous avons dans la tête et que, sans arrêt, nous nourrissons notre cerveau avec, en effet, un projet que nous voulons faire vivre, nous devons « nourrir » notre cerveau avec son image, sinon celui-ci sera condamné à mourir sous peu.

Une obsession bonne ou mauvaise fonctionnera toujours sur le même principe, se créer une image mentale tellement forte, que nous finirons forcément par lasser à l’action, dans le cas d’une bonne obsession, créer une entreprise, ou un bon exemple à prendre sera le bodybuilder, qui, chaque fois qu’il passera devant son miroir, se dira « tien, il faut que je travaille un peu plus ce muscle-ci, il est un peu trop petit par rapport à l’autre » il cherchera toujours le petit détail à améliorer sans cesse, il finira toujours par passer à l’action, c’est-à-dire aller à la salle de sport pour corriger ce petit détail.

Dans le cas d’une mauvaise obsession, c’est la même chose, celui qui est obsédé par une mauvaise image de soi, deviendra réellement invivable pour son entourage, ou dans le cas du pervers, obsédé sexuel, pédéraste ou autre, celui-ci se passera sans arrêt dans la tête des images pornos, qui finiront un jour ou l’autre par le faire passer à l’action, c’est-à-dire, à un viol, et la si cette personne et consciente de son obsession dangereuse, il est indispensable qu’elle consulte un spécialiste pour l’aider, ou que si l’entourage constate le problème, qu’il la pousse à accepter de se soigner, avant de commettre l’irréparable, mais dans bien des cas malheureusement, personne autour ne s’en rend compte.

Tout ceci pour dire que les obsessions peuvent être utiles, à condition de savoir gérer le temps qu’elles prennent dans nos vies, et surtout, faire la différence entre une bonne obsession et une mauvaise, qui peut ruiner nos vies, tel que l’obsession du regard des autres, ou le pervers, et malheureusement de mauvaises obsessions sont bien trop monnaie courante dans notre société, à nous de faire la part des choses.

 

obsessions.jpg.jpg

Publié dans Agir | Laisser un commentaire

Manipulateurs et sentiment de culpabilité

Les manipulateurs vous imposent le sentiment de culpabilité. Rien n’est plus rabaissant que de se sentir coupable, et ça, les manipulateurs l’ont bien compris, en effet, quelle est la meilleure façon de dominer quelqu’un ? Le faire se sentir coupable, coupable de quoi ? Coupable de vivre, coupable d’être (selon les manipulateurs), moindre qu’eux, et la personne plus ou moins influençable va ressentir un énorme sentiment de honte, la méthode de domination qui consiste à rabaisser une personne, souvent d’une manière injustifiée, est une méthode vielle comme le monde malheureusement, elle est le moyen le plus lâche de vouloir dominer l’autre « Bébert à Louise : tu vois, Louise, si je n’avais pas écouté ta mère, je ne me serais jamais marié avec toi, mais voilà, ta mère et toi vouliez tellement que je sois le père de tes enfants, j’ai sacrifié ma vie à cause de toi, et voilà ou j’en suis maintenant, à me ruiner la santé au travail, tout ça pour nourrir tes enfants, qui au passage, seront chômeurs, parce qu’avec l’éducation que tu leur as donnée, ils n’iront jamais bien loin dans la vie… Et dire que si je m’étais écouté, je serai sûrement patron à l’heure actuel, j’aurai un vrai salaire, mais voilà à cause de toi, je me suis résolu à avoir une vie minable, à cause de toi, je suis devenu un raté, quelque part Louise, tu devras avoir honte ! » Les manipulateurs, en dénigrant l’autre, se protègent eux-mêmes, en effet, les manipulateurs en se créant une armure invisible, créer un mur pour ne pas pouvoir être perçu comme des êtres pouvant avoir aussi des faiblesses, ils veulent se montrer forts, se montrer parfait, s’ils montrent qui ils sont vraiment, des êtres humains, normaux, avec leurs propres sensibilités, avec leurs défauts, ils ne peuvent, aux yeux de certaines personnes, paraître des êtres parfaits, mais en montrant les faiblesses des autres, ils peuvent dire « moi je suis quelqu’un de bien, mais eux, ils ont tous les défauts » ainsi une personne influençable se sentira coupable d’avoir autant de défauts, et donc se sentira inférieur. Un des pires sentiments, que peut ressentir la personne victime d’un manipulateur, est de se sentir tel un enfant qui aurait fait une bêtise et qui se sentirait coupable, qui aurait ce sentiment de honte, à qui l’on dirait « es-tu fier de ce que tu à fais ? Va dans ta chambre, tu seras privé de dessert, ça t’apprendra ! » Ce qui reviendrait à dire, que la personne manipulatrice est adulte et responsable, mais que la personne victime et encore un enfant irresponsable, quel sentiment de honte celle-ci pourra-elle alors ressentir ! Mais si nous regardons bien, le fait de se montrer sous une fausse apparence, vouloir faire croire que l’on est parfait, refuser de montrer sa véritable personnalité, refuser d’accepter le fait d’être des êtres humains normaux, avec nos qualités mais aussi nos défauts, ce fait-là, n’est-il pas une vraie preuve de faiblesse ? Il y a encore pire, je pense, que les manipulateurs eux-mêmes, il y a ceux autour de ces fameux manipulateurs, qui par crainte d’être rabaissé à leurs tours, préfèrent choisir la solution la plus simple, de se ranger dans le camp des manipulateurs, peut-être par manque de courage ou faiblesse d’esprits, il est plus simple pour certains de se mettre du côté du plus « fort » que de risquer d’être une victime, et ceux-ci sont peut-être encore pires. Le plus grand bonheur d’un manipulateur ? Attendre la première erreur de sa victime pour pouvoir l’enfoncer encore plus bas, comme si eux-mêmes ne faisaient jamais d’erreurs, le patron à Monsieur Durant « monsieur Durant, qu’avez-vous fait là ? Encore une de plus ! Vraiment Monsieur Durant, vous n’en faites jamais une de bonne ! » Et le jour où ce même patron fera une bêtise, croyez-vous qu’il viendra vous le dire ? Ou s’en vantera publiquement ? Et le manipulateur prendra un malin plaisir à souligner vos quelques erreurs, mais évitera de parler de vos réussites, qui sont en principe bien plus courantes. Car en effet, le manipulateur prend plaisir à abaisser l’autre, tout cela parce qu’il n’a pas réussi sa vie comme il l’aurait voulu, alors, peut-être par esprits de vengeance, et pour se redonner un peu de valeur, il aura besoin d’écraser d’autres personnes pour prendre de la hauteur. Il est beaucoup trop difficile pour certaines personnes, de se remettre en question, d’avouer ses faiblesses, de reconnaître ses propres erreurs, de peur de perdre la face aux yeux de leur entourage. Le vrai courage n’est pas d’abaisser l’autre, mais le vrai courage et de reconnaître ses erreurs et ses propres faiblesses. Tout être humain normal, fait des erreurs parfois, a des faiblesses aussi, mais dans la plus grande partie de sons temps, il obtiendra des réussites, malheureusement, nous avons tous tendance à se focaliser sur nos défauts plutôt que sur nos qualités, et les manipulateurs savent bien l’utiliser à leurs avantages. Quoi qu’il en soit, il nous faut beaucoup de force de caractère pour résister à ces gens, et ainsi, ne pas le porter d’attention, car chaque fois que nous nous sentons concerné par de tels individus, nous alimentons leurs égos, alors résistons à ces gens et continuons notre route sans leur porter d’attentions, car ces personnes ne sont que des embûches qui peuvent nous ralentir dans notre progression, et puis, si nous regardons bien, ces gens sont plus à plaindre que nous. Et, si nous réfléchissons bien, quelle véritable importance tous ces gens qui cherchent à nous manipuler ont vraiment sur nous ? Si nous estimons qu’ils ont un impact négatif dans nos vies, si nous leur donnons de la valeur, c’est bien de notre faute, car en leur montrant que nous sommes affectés par leurs propos, leurs comportements vis-à-vis de nous, c’est nous-même qui les faisons exister, qui leurs donnons une certaine nourriture pour alimenter leur bêtise. À bien réfléchir, est-ce vraiment de la haine ou est-ce plutôt de la bêtise ? Ces gens-là sont peut-être plus souffrants que nous le percevons, ne faudrait-il pas avoir presque plutôt de la compassion pour eux ? De toute façon, ces gens-là sont incontournables dans nos vies, nous sommes obligés de les croiser une fois ou l’autre, alors autant les supporter de la meilleure façon possible, peut-être faut-il les voir avec « l’œil du médecin » comme des victimes d’un mal de vivre, et acceptons les tels qu’elles sont, peut-être changeront-elles un jour ou peut-être resteront-elles ainsi toutes leurs vies, c’est à nous de faire l’effort de gérer le mieux de notre possible la relation que nous avons avec ces personnes, dans la limite du supportable évidement, alors aidons-les si nous le pouvons, faisons nous aider si la situation est devenue insupportable, ignorons-les s’il le faut, mais restons courageux et zen.

 

la honte

Publié dans matière à réflexion | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Gagner à la loterie, et sortir d’un casino millionnaire

Comment gagner à la loterie et comment sortir d’un casino millionnaire ? Eh bien, c’est facile, premièrement pour ce qui concerne la loterie, il suffit d’y jouer, comme on dit, cent pour cent des gagnants ont été des joueurs, mais cent pour cent de joueurs n’ont pas été des gagnants. En effet, s’il suffit d’y participer, la loterie n’est pas comme certaines personnes le prétendent, une arnaque ! Simplement il est important de se rendre compte que les probabilités de gagner sont très très faibles, néanmoins, votre chance existe, mais très faible, il faut en être conscient, on peut y jouer de temps en temps, comme ça, juste pour le fun, mais croire que l’on peut y faire fortune est du domaine du fantasme, vos chances étant tellement infimes, s’obstiner à jouer devient une perte de temps et d’argent, voir une addiction. Mais arrêtons de penser que les loteries sont des « arnaques », je ne dirai pas ça, certaines loteries sont clairement là pour générer des impôts et leurs profits, (quoique les impôts sont redistribués pour l’ensemble de la communauté), certaines loteries d’un autre type, éventuellement dans d’autres pays, redistribuent leurs bénéfices dans des œuvres sociales, culturelles, ou autres, je trouve cette deuxième solution bien plus respectable. Pour résumer concernant la loterie, non ce n’est pas de l’arnaque, simplement ayons conscience que nos chances de gagner sont infimes, sans parler des gagnants, qui n’ayant pas l’habitude de gérer de telles sommes, croyant que leurs fortunes sont inépuisables, dépense tout dans des futilités, et au final, sont plus endettés qu’au départ, heureusement que maintenant, certaines loteries aident les gens à gérer leur nouvel argent. Comment sortir d’un casino millionnaire ? (l’établissement de jeux bien évidemment, pas les magasins, hé !) Là pour les casinos, c’est un peu la même chose, vous pouvez gagner, mais déjà avant de dire « bingo » regardez l’investissement que vous vous y avez déjà mis, peut-être y allez-vous seulement pour le fun ? Dans ce cas-là faîte attention de ne pas devenir « addict au jeu ». Maintenant il est vrai que des joueurs plus « pros » comme pour le Poker peuvent y gagner, mais là il faut encore s’y connaître vraiment bien. Pour les paris sportifs, le tiercé, ou autres dans le même genre, ça dépend des conditions sur le moment, comme par exemple le tiercé, il faut connaître les conditions physiques des chevaux sur le moment, donc bien suivre les conseils des gens qui s’y connaissent dans ce domaine, en lisant des revues spécialisées, sites, ect., mais il y aura toujours une part de hasard, donc je ne classerai pas ces deux dernières catégories dans du « pur hasard », mais il convient quand même de rester prudent avec son argent. Toutefois, il reste une règle essentielle pour ceux qui veulent jouer à des jeux d’argent, ne dépensez jamais, jamais, jamais, plus d’argent que vous ne pouvez-vous le permettre. Et maintenant que nous arrivons à la fin de cet article, il est grand temps que je vous dévoile le secret pour sortir d’un casino millionnaire… Rentrez-y milliardaire… (hi-hi-hi, gag..),(de toute façon,le vrai gagnant,ça restera toujours le casino en lui-même).

 

money

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

WANTED , INDIVIDU DANGEREUX !

Wanted

Attention, individu recherché en pleine évolution, signe particulier : il se propage tel un virus, particulièrement par les médias, journaux, télé, personnes négatives, ect… Si vous l’apercevez, il n’y a qu’une solution, la fuite, fuyez aussi loin que vous le pouvez, éloignez-vous des foyers de l’infection, (journaux à scandales et autres) les effets peuvent être extrêmement graves, dépression, négativisme, connerie, il peut vous refiler le bourdon, le cafard, le blues et toutes autres formes de ronchonchoneries, et le pire il est très contagieux et s’il vous a affecté, vous pouvez affecter à votre tour beaucoup de personnes de votre entourage, alors, soyez vigilant !

 

 

 

 

boudon.jpg

 

BOURDON (nom Latin : bourdonus dépréssivus commun)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le monde des apparences et être soi même

La difficulté d’être soi dans le monde des apparences. Dans le monde dans lequel nous vivons, il est souvent difficile d’exprimer sa vraie personnalité… La société nous demande d’être performant, d’avoir un statut social élevé pour être reconnu, une bonne position sociale, voir une belle voiture, une belle maison, en bref de montrer sa « réussite », mais est-ce vraiment une réussite dans le monde des apparences ? Posons-nous la question, dans le fond, qui est vraiment heureux ? Qui peut réellement dire qu’il fait vraiment ce qu’il a toujours rêvé, qu’il peut réellement exprimer sa vraie personnalité, pas tant de personnes que ça, certes il y a des gens qui auront fait ce qu’ils ont toujours rêvé, mais sont-ils en majorité ? Combien de personnes osent vraiment s’ouvrir, dire ce qu’elles ont vraiment au fond d’elles-mêmes ? Osent vraiment être elles ? Il est vrai que s’ouvrir, dans notre société, est considéré souvent, plutôt comme une « faiblesse » n’est-ce pas simplement parce que la plupart des gens qui vivent dans ce que j’appellerai « le monde des apparences » n’arrivent pas à s’ouvrir elles-mêmes, à être vraiment elles, alors il est plus facile de considérer le fait de s’exposer soi, en s’ouvrant un peu plus, comme une faiblesse, mais si on y réfléchit bien, s’ouvrir est plutôt une force et non une faiblesse, en effet, ne faut-il pas infiniment plus de courage pour se monter soi-même, que de choisir la solution la plus facile qui est de se montrer dans une image fausse que l’on veut donner de soi, par peur d’être critiqué, par peur d’être différent des autres, de sortir du moule, des autres gens qui vous critiqueront parce que la critique est facile, parce que la critique et la voie de la faiblesse d’esprits, et parce que la majorité des gens ont trop peur de sortir du moule de la société. S’ouvrir semble être une façon de sortir de son être, comme si l’on pouvait retirer sa propre peau, tel un écorché vif, et alors devenir un être vulnérable, oui il est très difficile de se montrer tel que l’on est, mais imaginons un instant une société ou tout le monde serait vraiment ouvert, imaginons que tout le monde pourrait se parler d’une manière franche, ce serait peut-être un monde merveilleux, quoique d’un autre côté, il serait plus difficile de dire à une personne que vous n’aimez pas, Monsieur, franchement vous avez une tête à claques, je vous déteste… Ou de voir un vendeur vous dire toute la vérité sur le produit qu’il veut vous vendre vous voyez Monsieur, notre aspirateur a une belle couleur, mais franchement au niveau de la qualité c’est de la m… Bon, là je vais être un peu loin dans l’imagination, mais bon, ça pourrait donner des situations assez cocasses, mais il reste que de s’ouvrir un peu tous sur le plan personnel, nous ferait le plus grand bien… Et puis, pour terminer sur une note quelque peu humoristique, imaginons un « monsieur » sortit tout droit du monde des apparences, un monsieur bien sous tous rapports, un « un gagnant », un exemple de réussite social,

Un monsieur avec un beau costume mais un monsieur austère, froid dans ses relations humaines,

Qui ne peut se permettre de trop sourire, un monsieur hautain, orgueilleux, arrogant, en bref un monsieur qui, dans le monde des apparences, ne peut se permettent de faire d’écarts, tout ceci parce que la société dans laquelle il vit, ne lui autorise pas d’être lui-même, imaginons alors ce monsieur, au lit avec madame, dans le plus simple appareil, croyez-vous réellement que madame va rester longtemps avec monsieur ? À mon avis NON ! Alors, si nous acceptions d’être nous ?

 

girl

Publié dans matière à réflexion | Laisser un commentaire

La frontière entre imaginaire et réalité

Comprendre la frontière entre l’imaginaire et la réalité. L’être humain est probablement la seule espèce sur Terre à utiliser son imagination pour s’échapper de son quotidien, en soi, lire un bon livre de fiction, regarder un bon film pour se « changer les idées » n’est pas mauvais, car il permet de reposer son esprit par rapport à un quotidien qui peut être stressant, même au contraire, la fiction peut nous permettre de stimuler notre créativité, tel un enfant a besoin du jeu pour s’épanouir, nous avons tous et toutes besoin d’une part d’imaginaire dans nos vies, là où le bas blesse, c’est que beaucoup de gens se créer un monde imaginaire pour se sortir d’une vie trop banale, s’imaginent être des héros, des gens hors du commun, pourtant ces gens non rien de plus que les autres, mais refusant de voir la réalité en face, peut-être parce que trop dur à assumer, vivent dans leurs imaginations, et à un moment donné n’arrivent plus à faire la différence entre imaginaire et réalité. On dit qu’il faut savoir « rêver », avoir un rêve, un but, un objectif de vie, oui, tout à fait d’accord, mais à condition que se « rêve » vous servent à mettre en pratique quelque chose. Beaucoup trop de gens se créer une vie imaginaire, soi pour se rassurer eux-mêmes, soi pour épater leurs entourages, (ceci dit, moi-même, je me souviens d’avoir été cosmonaute, président d’une grande nation, bien entendu tout ceci avant d’être superhéros dans une bande dessinée). Il arrive même que ces gens croient eux-mêmes à ce qu’ils disent, DANGER ! Là ces gens risquent de partir dans de graves maladies mentales, tel que paranoïa, mythomanie, ou autres, là ces gens ne sont pas EUX-MÊMES, ils vivent leurs vies par procuration, par des séries télé, imaginez par exemple que des acteurs de séries populaires, qui avaient un rôle antipathique dans leurs films, se faisaient insulter dans la rue, certaines personnes ne pouvant plus distinguer la fiction du réel. Discussion au salon de thé : tu as vu Sue-Germaine, mannequin vedette à l’agence Bald and Hugly ? Choupette, sa caniche, eh bin elle a fauté avec le chien du voisin, et en plus s’est même pas un chien de race, quel scandale ! je n’en ai pas dormis de la nuit ! Ou alors les gens qui lisent les journaux à potins, se préoccupant de la vie des stars sans voir leurs propres vies en face : tu as lu le dernier Voici-et-Voilà ? Gertruda, la nouvelle star en vue, elle s’est cassé un ongle, qu’est-ce qu’elle a dû souffrir, j’en ai pleuré et pleuré… Trop de gens vivent dans un imaginaire pour fuir la réalité, et le jour où ils se réveillent, qu’ils voient la réalité en face, alors là ça peut faire mal, très mal, mais je suis persuadé que ça en vaut vraiment la peine. Bon, soyons honnêtes, tous, chacun et chacune nous « exagérons » la réalité, nous en « rajoutons », ça nous nous arrive à tous de temps en temps, mais l’important c’est dans quelle proportion nous mettons notre imaginaire en action, et dans quelle proportion nous arrivons à distinguer la fiction du réel, peut-être, pour une personne qui a une imagination débordante, la seule façon d’en tirer un avantage, doit être de se lancer dans l’écriture de romans… Être réaliste, c’est ÊTRE SOI-MÊME ! L’imaginaire oui, en étant réaliste, imaginer sa vie voulue et rêvée, mais en mettant en pratique qui nous voulons être, en visualisant note vie future pour arriver sur du concret.

 

rêver

Publié dans matière à réflexion | Marqué avec , | Laisser un commentaire

L’astrologie,mon avis

Dernièrement,j’ai entendu à la radio,un “voyant”s’exprimer sur son métier d’astrologue,ça m’a un peu agacé,en effet,celui-ci parlait de l’alignement des planètes au moment de notre naissance,ce qui selon lui,influencera tout le cours de notre vie,en effet,croire en de telles choses se résumera à penser que toute notre vie sera entre les mains d’un destin céleste”,c’est normal qu’il n’est jamais de chance dans la vie,voyez-vous,il est né sous l’influence de Saturne,et en plus il a eu son Uranus en ascendance Jupitérienne,ce qui le place en mauvaise posture vous comprenez”,( bon,là j’exagère un peu,surtout par rapport aux termes utilisés,mais c’est juste pour donner un exemple).Là,ça me fâche vraiment!Entendre de telles âneries,c’est porter crédit à tout ce que je déteste,c’est-à-dire:vous faire croire que votre vie dépend en grande partie des événements extérieurs.Comment faire comprendre aux gens que leurs vies ne dépendent pas des événements externes?Il est vrai que l’environnement dans lequel nous vivons compte pour beaucoup et que ce qui est arrivé dans notre vie influence notre façon de penser,mais tout ce qui peut nous arriver n’est au final pas le principal problème,mais le principal problème(ou solution)est : comment nous réagissons par rapport aux événements de notre vie,et non pas choisir la solution la plus facile qui consiste à tous remettre aux circonstances extérieures,comme le fait l’astrologie,un peu de bon sens bon di…! et en plus ces gens que sons les astrologues,numérologues est autres “machintrucologues”,se font un pactole en exploitant la crédulité de gens plus ou moins perdus dans les méandres de leurs vies.Là je sais que je ne me ferai pas beaucoup d’amis,mais enfin,il est grand temps d’arrêter de croire en ces stupidités et d’arrêter d’être aussi crédule!je sais que beaucoup de gens y sont accros,le disent ou le cache,mais y croient dure comme fer,il n’y a qu’a voir le succès des horoscopes quotidiens dans les journaux,c’est vraiment un marché “juteux” il est vrai que moi aussi je pense avoir des dons de voyance,l’année passée j’avais prédit Noel en Décembre,est mes prédictions se sont révélées vraies! 

Bon,plaisanteries à part,les voyants sont justes là pour vous dire ce que vous voulez entendre,et c’est tout !

(Et s’en mettre plein les poches au passage).

 

Pour résumer, je dirai (quand même) que, un astrologue peut vous apporter quelque chose, un soutien psychologique, oui, un bon astrologue et en fait quelqu’un qui fait preuve d’une bonne approche de la psychologie, il sait vous dire les mots qu’il faut, il a un bon « feeling » avec vous, il devient presque un confident, alors là, oui, si il est bon il pourra vous apporter quelque-chose, mais alors disons la vérité, ‘c’est en fait plus de la psychologie que de la voyance !

 

voyance

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

le regard de l’autre

Rien n’est plus difficile pour certains,que de supporter le regard de l’autre,celui-ci nous regarde,nous juge,nous observe,il peut nous mettre mal à l’aise tellement il semble qu’il peut nous transpercer pour atteindre le fond de notre être.Pourtant,prenons le temps de réfléchir,qui est vraiment l’autre avec sons regard si “transpercent et si déstabilisant” est ce dieu tout-puissant?Est-ce un être supérieur ? Non,il s’agit simplement d’un être humain comme vous et moi,alors pourquoi nous portons tellement d’importance à ce regard,ce “jugement”?Il n’est de sentiment d’infériorité que si nous sommes persuadés de la supériorité de l’autre,sentiment qui n’est que pur invention de notre esprit,et puis,si la personne qui est en face de nous se croit réellement supérieure,autant la laisser y croire,”d’accord,tu me dis que tu es supérieur à moi,ok,mais moi je te vois juste comme un être humain standard”en autres termes,”si tu veux me vendre ta façon de penser ,c’est d’accord,mais moi je ne te l’achète pas,je ne suis pas preneur,désolé,passe ton chemin.”Malheureusement de telles personnes autoproclamées “supérieurs”existent réellement,mais bon,autant les laisser croire à leurs phantasmes et continuer son chemin en les évitant le plus possible,car ces personnes ont besoin pour se sentir supérieurs, de trouver quelqu’un qui se sent inférieur.Je pense qu’il s’agit pour ces gens de combler un manque dans leurs vies, pour ne pas voir la réalité en face.

 

regard

Publié dans matière à réflexion | Laisser un commentaire

Zone de confort ou zone d’inconfort ?

On entend souvent dire “pour avancer dans sa vie, il faut savoir “sortir de sa zone de confort”, bon, ce n’est pas tout faux, mais à bien réfléchir, ça n’a pas vraiment de sens. Je m’explique : qu’est ce que ça veut dire au juste ? En fait, cela veut dire simplement que si vous voulez sortir de votre train-train quotidien, de votre vie qui est censée être triste et sans but, sans véritable intérêt, il faudrait sortir de votre petit lit douillet, bien au chaud et confortable, pour ainsi devenir quelqu’un qui réussi dans la vie, un “gagnant » oui mais, bon, si on réfléchit bien, d’accord, mais alors pourquoi appeler ça “une zone de confort “, si cette vie que l’on voudra changer est si confortable, alors pourquoi voudrait-on en sortir ? Non, je pense que si l’on y réfléchit bien, il faudrait plutôt appeler ça “une zone d’inconfort, à la limite du supportable  » en effet, si on est mal à l’aise dans notre vie,celle-ci ne peut pas être confortable, disons inconfortable, mais juste pas assez pour que l’on se décide à bouger, il faudrait juste que quelqu’un soit là pour nous donner un coup de pied au c…, le problème est que dans cette vie “pas vraiment confortable “, quand ça va mal on dit c’est sûr cette fois je vais m’en sortir et changer ma vie,mais quand ça va un peu mieux, on oublie toutes ses bonnes résolutions.Alors disons plutôt que si vous vivez dans une “zone de confort”, alors restez-y ! Mais si vous vivez dans une “ zone d’inconfort à la limite du supportable, alors faite l’effort difficile mais possible, de tout faire pour en sortir mais surtout quand les choses redeviennent pour le mieux, forcez-vous à quand même !Sinon vous retombez dans ce cycle infernal d“un jour ça va et un autre ça ne va pas”, et quand ça va on ne fait rien, alors que quand ça va mal on voudra en sortir, cycle infernal qui peut durer toute une vie…

litflches-en-couleurs_thumb.pngbusinessmen-1045401__180flèches en couleursun émoticône heureux parmis...

Publié dans Agir | Laisser un commentaire

Aider à créer sa vie,PNL,et “loi de l’attraction”

Mon intérêt, aider les gens à agir et créer quelque chose dans leur vie, pour ça, d’abord je vais parler un peu de moi, j’étais quelqu’un qui, plutôt que voir le positif des choses voyait plutôt le côté ennuyeux et négatif de tout, je me perdais dans des futilités, laissant passer ma vie et en étant devenu un simple spectateur de ma propre vie, en fait, je ne vivais plus vraiment, mais disons que je survivais, et puis, par différentes lectures, par certaines philosophies, par la PNL, je me suis demandé si en fait, ce n’était pas ma façon de penser qui faisais que je ne trouvais pas de solutions pour changer ma vie, le désir de changement était là, bien présent, j’avais ce désir brûlant, mais voilà, comment faire ? Et surtout quoi faire ? Et peut-être que si je ne trouvais pas ce que je pouvais faire pour changer ma vie, que je ne trouvais pas ma voie, n’est-ce pas simplement parce que je ne voyais que les mauvais côtés des choses, peut-être qu’en agissant, en faisant une première marche, même très petite, même sans vraiment savoir si j’étais dans la bonne direction, peut-être qu’en chemin je trouverai plus précisément ma voie, en acceptant d’être imparfait, mais en mettant tout pour m’améliorer de jour en jour. Je pense que, tous, nous avons une force en nous, quelque chose au fond de nous, de fort, de brûlant, de grand que nous pourrions accomplir, mais voilà, sur notre épaule, juste à la hauteur de notre oreille, il y a aussi un petit diable qui, tout le temps, nous murmure « ce n’est pas pour toi, c’est pour les autres, toi tu n’es rien de plus qu’un petit qui restera petit toute ta vie, pourquoi tu devrais être meilleure que les autres, tu n’arriveras jamais à rien de toute façon ». Non, et non ! Décidé à refuser cette triste logique de défaitiste, je me suis beaucoup intéressé à la PNL, qui est une forme de psychologie, voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, apprendre à reprogrammer son cerveau, pour voir le côté des choses qui pourra nous apporter du positif, et de nous permettre de gérer le négatif le mieux possible. On pourrait aussi parler de « loi de l’attraction » qui serait une loi universelle, un peu mystique, qui régirait l’univers, à qui il suffirait de demander profondément quelque chose pour que l’univers nous le donne, bon, là je pense qu’en fait il s’agit d’une version modernisée de la prière, que l’on adressait à Dieu, (ou à des dieux), qui est quelque chose de millénaire et a du exister dans toutes les civilisations et à toutes les époques, et que, comme la religion est dans nos sociétés, en perte de popularité, on a préféré remplacer « prière » par « lois de l’attraction » et « dieu » par « univers » c’est juste une question de termes. Mais concernant cette « loi de l’attraction » j’ai une approche peut-être plus directe, plus scientifique, bon, il est vrai qu’il ne s’agit que de mon opinion après tout, ça n’engage que moi, mais je pense qu’il s’agit en fait plutôt de la capacité du cerveau humain, qui, en adoptant une attitude positive, peut être capable de percevoir les occasions diverses qui passent journellement devant nos yeux, mais que nous ne pouvons percevoir dans un état de pessimisme, dans un état plus optimiste, plus ouvert, nous pouvons non pas attirer les bonnes choses à nous, mais les percevoir plus clairement. Là je pense que par un blog, par des vidéos, mais surtout par divers témoignages venant de toutes sortes de personnes, je pourrai aider des gens à avoir une réflexion, à créer quelque chose dans leur vie, à recréer leurs vies, à passer à L’ACTION, par une DYNAMIQUE de partage d’expériences, nous pourrions tous avoir une ÉVOLUTION positive.

 

stock-photo-attractive-couple-hugging-in-the-city-315931406

Publié dans matière à réflexion | Laisser un commentaire

Devenez fous (ou restez le) !

Devenez fous, ou restez-le…

Mais qu’est-ce que je veux dire par là… Dans un blog qui est censé être sérieux et nous faire passer à l’action.Eh bien je veux dire que si l’on veut agir, oui, effectivement il faut être sérieux, c’est clair,mais il faut aussi accepter d’avoir un grain de folie, être « hors normes » quelque part, accepter de sortir du moule, car un être entièrement dans la « norme » dit standard,restera quelqu’un de standard, et par conséquent aura des résultats standards.Pensons au génie, tel qu’Albert Einstein, représenté souvent tirant la langue, avec son grain de folie, ou Mozart, génie de la music souvent représenté comme quelqu’un d’un peu excentrique, farfelu, est-ce vrai ou est-ce une interprétation de l’histoire, nul ne le sait, pourtant son grain de folie lui va si bien.Bon, je n’irai peut-être par vous dire, « faite ressortir le débile mental qui est en vous » mais au moins acceptons notre grain de folie, notre côté, « farfelu à tendance excentrique », car si nous regardons bien, les gens qui pensent être « normaux » en fait, sont des gens qui resteront dans le standard de la société et ne passeront jamais à l’action. Être normal, pour moi, c’est aussi accepter sa folie douce, et tant pis si sa déplaît !

Alors, soyons fous !

 

Albert Einstein                                                                                                                                                                      

Publié dans matière à réflexion | Laisser un commentaire

Finalement,c’est pas mon truc …

Finalement c’est passe mon truc…

Quand on sait ce que l’on veut, quand cela fait longtemps que l’on a un centre d’intérêt pour quelque chose, on se dit, maintenant je sais, c’est ça que je veux, là effectivement il faut être sûr de ce que l’on veut, mais souvent en étant sûr de ce que l’on veut, il arrive le moment où nous nous retrouvons en face de la réalité, en face de la tâche à accomplir, et là, ça nous semble devenir compliqué, là nous nous décourageons et préférons la voie de la simplicité, de la fainéantise, de la procrastination, et alors, nous préférons nous dire, finalement, ce n’est pas fait pour moi.

Là, je pense en fait, que nous manquons de courage, le fait est que si nous avons réfléchi sur notre but, et nous nous sommes dits j’ai trouvé ma voie, j’en suis sûr, bien souvent, au vu de ce que nous percevons comme « difficile, ou insurmontable », nous préférons baisser les bras et nous replier sur la solution simpliste de nous dire que ce n’est pas notre voie.

La vérité est plutôt que nous n’avons pas le courage d’assumer nos vraies ambitions, en fait nous avons trouvé notre voie mais nous ne voulons pas assumer la réalité.

Alors comment faire ? Je pense qu’il ne faut plus trop penser, agir peut-être d’une manière qui peut nous sembler stupide, mais avancer, foncer sans regarder, tel à la manière d’un cheval avec des œillères, ne plus se laisser distraire par ce qui pourra empêcher de voir loin devant nous, agir tel un idiot peut être au début, mais qui pourra par la suite, se rectifier, ou tel un tireur qui visera en gros sa cible, tirerai, et après coup rectifierai son tir, si nous voulons avancer, il faut accepter de faire la première marche, nous mettre en mouvement, sachant que nous ajusterons plus précisément notre but en chemin, et ceci chaque fois que nous aurons à avancer, (c’est-à-dire, tout le temps).

Toujours penser que nous ne pouvons jamais être parfaits, mais c’est en agissant, c’est dans le mouvement, dans une certaine dynamique du mouvement, que nous nous approcherons de plus en plus d’une certaine « perfection », et toujours penser que le temps nous est compté, alors, oui, pour certaines choses, soyons un peu  «  bêtes » et agissons comme un cheval avec des œillères, un peu à la manière de Forest Gump, qui serait devenu quelqu’un malgré lui simplement sans rien y comprendre, juste en faisans ce qu’on lui disait de faire sans réfléchir, bon, il est vrai que là j’exagère quelque peu, on ne peut pas tout faire sans réfléchir, ça serait se jeter contre un mur la tête la première, mais des fois aussi, il est important de foncer sans trop réfléchir pour avancer, tout en faisant évidemment la part des choses, séparer la vraie « folie trop risquée », de la « petite folie qui pourrait nous faire avancer » en mesurant les risques de nos actions évidement.

 

ttes-de-cheveaux.jpg

Publié dans matière à réflexion | Laisser un commentaire

Les premières étapes pour agir

Avant toutes choses, il est important pour développer n’importe quelle activité, premièrement de savoir ce que l’on veut vraiment, là pour certains, c’est facile, et, pour d’autres se sera plus difficile, mais à bien regarder, combien de gens savent réellement ce qu’ils veulent, ou croient savoir ce qu’ils veulent mais au fond ne le savent pas vraiment, et partent dans leurs imaginaires en procrastinant toujours plus et sans cesse.

Deuxièmement, si l’on sait ce que l’on veut, il est important de faire de l’ordre dans sa vie, car on ne peut avancer sans avoir de l’ordre dans sa vie et dans sa tête, un peu à la manière de ces moines Zazen du Japon, qui passe beaucoup de temps à faire de l’ordre dans leurs temples, partant du principe que si l’on n’est pas ordré dans son lieu de vie, on ne peut pas avoir d’ordre dans sa tête et dans la vie dans son ensemble, et donc on aura beaucoup plus de difficultés à avancer, il est vrai que ces moines Zazen passent du temps à mettre tout en ordre et tout doit être rangé au centimètre près, là, il s’agit de leur philosophie de vie poussée à l’extrême, je ne prétends pas que nous sommes obligés d’arriver à de tels extrêmes, mais au moins s’en inspirer et mettre le plus d’ordre autour de soi et dans sa vie est une des premières étapes pour avancer.

Troisièmement, retirer le maximum de « drogues douces », néanmoins néfastes pour nous, je veux parler de ces choses que les gens consomment tout le temps sans raison, tel que trop de journaux, (qui ne nous apportent la plupart du temps rien du tout) ou, peut-être le pire, la sacro-sainte télévision, qui, mal utilisée peut devenir un véritable poison, essayer juste de débrancher le cordon une fois, vous allez voir, au début ça sera assez difficile, mais après, quel sentiment de liberté de vivre sans télé, quel temps économiser et quel temps nous auront devant nous pour créer un projet, quel qui soit.

Quatrièmement, se concentrer sur l’essentiel, et mettre les futilités que l’on croit indispensables au second plan, nous perdons beaucoup, beaucoup trop de temps dans des choses qui ne nous serviront jamais à rien, se concentrer sur l’essentiel du but que nous voulons atteindre est indispensable si nous voulons avancer dans nos objectifs.

Toutes ces « petites » choses qui nous éloignent de notre but, et, qui misent bout à bout, finissent par prendre une trop grande place dans nos vies, je me rappelle cette petite question que se pose le Dalaï-Lama qui a un regard curieux sur notre société occidentale : mais pourquoi les Occidentaux passent-ils autant de temps devant la télévision ? En effet, nous avons tous le droit de nous détendre devant un bon film, de nous « changer les idées » en ayant une activité de repos, de loisir détente, cela nous fait effectivement du bien, mais pourquoi autant de temps ? Je pense qu’il s’agit en fait de paresse, et pendant ce temps de paresse nous n’avançons pas, ou très peu, il est vraiment le moment de méditer sur cette affirmation : le temps nous est tous compté, et ceci depuis le premier jour de notre naissance, et le temps qui s’en va ne nous sera jamais rendu !

ALORS, AGISSONS !

 

moine-zen.jpg                  tlvision.jpg

Publié dans Agir | Laisser un commentaire

C’est un self-made-man,il s’est fait tout seul…

C’est un self-made-man,il s’est fait tout seul.On entend facilement ce genre de commentaire à propos de quelqu’un qui aurait réussi dans la vie,un « battant » un gagnant »,mais à bien y regarder de plus près,on ne se construit jamais vraiment seul dans la vie,combien de personnalités célèbres,du monde du business,du show-business,de la politique,vous avouerons qu’ils ont eu des gros moments de doutes sur eux-mêmes,des moments de découragement,qu’ils ont voulu tout abandonner,pourtant dans ces moments-là,il y a toujours eu quelqu’un pour les soutenir,bien souvent leurs conjoints,(derrière chaque grand homme,il y a eu une grande femme,dit ont).Il est vrai que la plus grande partie de l’effort reste personnel,mais à un moment ou à un autre ,il y a toujours eu quelqu’un derrière eux,un ami,une (ou un )conjointe,un mentor,on ne se fait jamais vraiment seul,peut-être simplement l’influence des parents peut nous aider,NON,IL Y A EU TOUJOURS QUELQU’UN DERRIÈRE UN GAGNANT,CROIRE EN UNE RÉUSSITE ENTIÈREMENT SEUL N’EST QU’UNE LÉGENDE,même si le plus gros du travail à effectuer reste un effort personnel,ils nous arrivent tous d’avoir dans certains moments,le besoin de se faire aider pour certaines choses,c’est pour cela qu’il est important de comprendre que l’on a toujours besoin des autres,arrêter d’être trop fière,par peur de croire que c’est la honte d’avoir dû faire appel à une autre personne, TOUT LE MONDE,A DES MOMENTS DE DOUTES,ET A BESOIN DE QUELQU’UN QUI LE SOUTIENNE,cette légende du self-made-man,c’est de la foutaise,ACCEPTONS DE VOIR PLUS GRAND,PLUS LOIN,ET QUAND IL LE FAUT,ACCEPTONS DE NOUS FAIRE AIDER SANS RESSENTIR DE HONTE!

businessmen-1045401__180

Publié dans matière à réflexion | Laisser un commentaire